Brexit : le grand embarras des conservateurs britanniques

le , mis à jour à 09:32
5
Brexit : le grand embarras des conservateurs britanniques
Brexit : le grand embarras des conservateurs britanniques

Mais où étaient-ils donc passés ? Après deux jours de silence, pendant lesquels l'opposition travailliste a commencé à se déchirer, les conservateurs sont réapparus lundi.

C'est le ministre des Finances qui a ouvert le bal tôt le matin. George Osborne a fait campagne pour le maintien dans l'UE mais n'avait pas pris la parole depuis l'annonce des résultats. Lundi, il a voulu rassurer les marchés. « Les jours qui viennent ne vont pas être faciles. Mais nous étions préparés à l'inattendu, et nous sommes armés pour faire face », a-t-il affirmé. Malgré cela, l'incertitude règne encore puisque la procédure de divorce du Royaume-Uni de l'Union européenne ne sera pas lancée avant qu'un nouveau Premier ministre ne soit en place à l'automne. Le successeur de David Cameron devrait être connu d'ici le 2 septembre.

Boris Johnson, qui lui aussi était invisible ce week-end, a écrit hier un éditorial dans le « Daily Telegraph ». Il y salue le « superbe travail » du ministre des Finances. Il se murmure que l'ex-maire de Londres voudrait garder Osborne au 11 Downing Street s'il parvient à occuper la maison d'à côté, c'est-à-dire à remplacer Cameron.

Pour l'instant, celui qui a mené la campagne pour le Brexit veut jouer les unificateurs. « Nous devrions être incroyablement fiers, et avoir confiance en ce que le Royaume-Uni peut accomplir », écrit-il. En réalité, Boris Johnson est en pleines tractations. Il voudrait une équipe de campagne rassemblant des pros et des anti-Brexit pour mettre fin aux divisions au sein des conservateurs. Mais il va devoir affronter les frondeurs du mouvement informel Tout sauf Boris. Celle qui pourrait mener cette révolte est Theresa May, la ministre de l'Intérieur. Une eurosceptique qui s'est malgré tout prononcée pour le « in » mais qui a été relativement discrète durant la campagne.

David Cameron, lui, a confirmé devant le Parlement, hier après-midi, que la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 12 mois

    Faut dire Phili646 que les électeurs sont des truffes.

  • phili646 il y a 12 mois

    Les dirigeants britanniques sont eux aussi passés maitre dans l'art de prendre les électeurs pour des truffes !!!!

  • mlaure13 il y a 12 mois

    De toute façon, C'est une super entourloupe...Autrement dit, ils peuvent traîner des pieds autant qu’ils veulent, comme une loi votée sans décret d’application…Encore un enfumage monstre avec la valse des milliards, mais pas perdus pour tout le monde…on est vraiment dans un monde de mer/de… :-(((

  • phili646 il y a 12 mois

    Nommer le gros blond 1er ministre lui permettra de boire le calice jusqu'a la lie. Qu'il n'oublie pas de confier le maroquin des finances à Nigel Farage pour que lui aussi se retrouve devant ses mensonges !!!!

  • phili646 il y a 12 mois

    Une belle photo, PIPO et MARIO sont dans un bateau. Pipo tombe à l'eau, que fait Mario ?