Brexit-Le droit du travail nuit à la place de Paris-JP Morgan

le
2
    par Julien Ponthus 
    PARIS, 22 novembre (Reuters) - Les rigidités du droit du 
travail français dissuadent les grandes institutions financières 
basées à Londres d'envisager des transferts massifs d'activités 
vers la place de Paris, dans le cadre de la sortie du 
Royaume-Uni de l'Union européenne, a déclaré mardi le président 
de JP Morgan France  JPM.N . 
    "C'est sûr qu'aujourd'hui, on ne va pas bouger des milliers 
de personnes à Paris si c'est pour se retrouver avec un contrat 
de travail très, très protecteur", a déclaré à Reuters Kyril 
Courboin, en marge d'une conférence dédiée à la compétitivité de 
la région Ile-de-France. 
    "Avoir les bonnes personnes qualifiées, elles sont là, 
pouvoir les loger il n'y a pas de problème (...) par contre il 
faut qu'elles ne soient pas non plus surprotégées", a-t-il 
estimé alors qu'une vaste campagne a été lancée en France pour 
séduire les investisseurs internationaux. 
    "C'est le principal sujet pour des redéploiements 
d'effectifs importants, c'est-à-dire si on veut parler de mettre 
mille personnes, par exemple, en région parisienne", a-t-il 
poursuivi, notant que les différentes propositions ou 
possibilités offertes en terme de droit du travail étaient pour 
l'heure loin d'être satisfaisantes.  
    Michel Sapin a rejeté fin octobre l'idée d'un statut spécial 
pour les cadres supérieurs des entreprises financières, défendue 
par Paris Europlace, pour convaincre les banques établies à 
Londres d'installer des équipes à Paris.       
    "On nous a parlé d'un contrat de mission, on nous a parlé 
d'un CDD (contrat à durée déterminée) d'usage, on a entendu 
parler de beaucoup de choses mais on n'a encore jamais rien vu 
d'effectif", a-t-il ajouté, estimant par ailleurs "qu'on aura 
aucune vue là-dessus avant les élections présidentielles". 
    La possible perte du "passeport européen", qui assure 
l'accès aux marchés de l'Union européenne, obligerait les 
sociétés régulées à Londres à obtenir un agrément dans un pays 
de l'UE, ce qui suscite la convoitise de nombreuses places 
financières comme Paris, Francfort, Milan, Amsterdam ou Dublin. 
     
    "FRANCFORT N'EST PAS MIEUX QUE PARIS"  
    Dans cette compétition, les deux premières sont 
désavantagées en raison de leur droit du travail trop 
protecteur, estime Kyril Courboin.  
    "Là-dessus, Francfort n'est pas mieux que Paris", estime le 
patron de JP Morgan France, qui ajoute que "par contre Dublin, 
le Luxembourg, Amsterdam, c'est beaucoup mieux".  
    Le droit du travail ne constitue pas néanmoins un obstacle 
suffisant pour dissuader des transferts limités d'activités ou 
personnes.  
    "Si c'est des petites équipes de gens plutôt bien payés, qui 
sont des expatriés, ça, Paris est très bien, par contre si c'est 
pour déplacer des 'back offices' de mille personnes, c'est 
beaucoup moins bien".      
    Kyril Courboin a néanmoins insisté sur le fait que si JP 
Morgan avait commencé à analyser différentes options, la banque 
américaine n'avait pour autant pris aucune décision en raison 
des incertitudes politiques qui demeurent autour du Brexit.  
    La Cour suprême britannique doit notamment rendre son avis 
sur le recours que le gouvernement a déposé après l'arrêt de la 
Haute Cour de Londres lui demandant d'obtenir l'aval du 
Parlement pour déclencher le Brexit. 
    Le patron de JP Morgan France note également que les grandes 
échéances électorales prévues en 2017 sur le continent incitent 
à la prudence.  
    "Pour l'instant, on attend de voir quel va être le résultat 
de la cour de Justice sur le Brexit (...) deuxièmement, les 
élections dans les grands pays, parce qu'il faut avoir des 
interlocuteurs pour pouvoir parler et pour l'instant on n'en a 
pas."       
 
 (Julien Ponthus, édité par Jean-Michel Bélot) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo il y a 8 mois

    Virable du jour au lendemain sans indemnité et sans chômage car il est mandataire social et que son contrat de travail est suspendu.

  • franck8 il y a 8 mois

    C'est quoi surprotégé ? Il est comment son contrat à lui ?