Brexit-La zone euro poursuivra son intégration-Dijsselbloem

le
1
    par Francesco Guarascio 
    LUXEMBOURG, 16 juin (Reuters) - Les 19 pays membres de la 
zone euro renforceront leur coopération dans tous les domaines 
nécessaires sans tenir compte du résultat du référendum sur le 
maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne, a déclaré jeudi 
le président de l'Eurogroupe de la zone euro, Jeroen 
Dijsselbloem. 
    Les ministres des Finances, réunis à Luxembourg, n'ont pas 
formellement discuté de ce qui pourrait se passer dans le cas où 
les Britanniques choisiraient de quitter l'UE le 23 juin, mais 
ont évoqué la façon dont la coopération pourrait être renforcée 
entre pays ayant l'euro pour monnaie. 
    "Nous avons eu une discussion sur ce que nous devons faire, 
indépendamment d'un Brexit, dans la zone euro", a déclaré le 
ministre néerlandais des Finances et président de l'Eurogroupe  
Jeroen Dijsselbloem lors d'une conférence de presse après la 
réunion. 
    Il a qualifié le débat de "très fondamental", le "but commun 
étant de renforcer ce que nous avons", a-t-il ajouté. 
    L'approche des ministres de l'Eurogroupe est différente de 
celle qui prévaut au sein des 28 membres de l'Union européenne.  
Le président du Conseil européen, Donald Tusk, conseille pour sa 
part de faire une pause sur le sujet du renforcement de 
l'intégration dans l'UE dans la mesure où, selon lui, les 
projets de coopération plus étroite ne font que renforcer le 
sentiment eurosceptique en Europe. 
    Donald Tusk, qui présidera le sommet des chefs d'Etat et de 
gouvernement, les 28 et 29 juin, juste après le référendum 
britannique, a déclaré le 30 mai dernier que "obsédés par l'idée 
d'une intégration totale et instantanée, nous n'avons pas 
réalisé que les gens ordinaires, les citoyens européens, ne 
partageaient pas notre euro-enthousiasme." 
    Or, l'atmosphère jeudi à la réunion de l'Eurogroupe, était 
bien différente, a déclaré Jeroen Dijsselbloem, d'autant que les 
prochaines mesures d'intégration ne seront pas spectaculaires. 
    "Dans le climat politique actuel, ce ne seront pas des pas 
en avant historiques, spectaculaires, mais ce seront des pas en 
avant inéluctables, incontestables. Nous ferons avancer le 
projet, nous approfondirons notre coopération, la renforcerons 
pour donner aux gens ce qu'ils attendent de nous, à savoir 
essentiellement la sécurité sur le plan économique et en 
général", a déclaré Jeroen  Dijsselbloem. 
    Il n'a pas précisé quels projets devraient être accélérés, 
notant simplement qu'il fallait travailler sur les questions 
budgétaires et de fiscalité et sur les questions bancaires. 
    L'Eurogroupe a évité les commentaires directs sur le Brexit 
et a condamné le meurtre de la députée britannique Jo Cox, tuée 
jeudi alors qu'elle faisait campagne pour le maintien du 
Royaume-Uni au sein de l'UE. Les ministres ont observé une 
minute  de silence après l'annonce du décès de la députée. 
 
 (Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 il y a 6 mois

    Il ne leur viendrait pas une seconde à l'idée de consulter les peuples...