Brexit : la longue marche de David Cameron

le
0
Le Premier ministre britannique, pourtant à l'origine du référendum sur la question, tente par tous les moyens d'empêcher une sortie de l'Europe du Royaume-Uni.
Le Premier ministre britannique, pourtant à l'origine du référendum sur la question, tente par tous les moyens d'empêcher une sortie de l'Europe du Royaume-Uni.

L'accord entre Londres et Bruxelles sur la réforme de l'Union européenne est à l'ordre du jour du Conseil européen des 18 et 19 février prochains. En cas de succès, le référendum sur le maintien du Royaume-Uni au sein de l'UE devrait avoir lieu le 23 juin. À l'heure qu'il est, le Premier ministre britannique David Cameron peut se demander comment il en est arrivé là. En effet, dix ans plus tôt, le même David Cameron, nouveau leader de l'opposition conservatrice déchirée par ses divisions, s'était engagé dans un souci d'unité à « cesser de considérer l'Europe comme responsable de tous les maux ».

Que s'est-il passé en l'espace d'une décennie ? En 2007, pour être élu Premier ministre, le leader de la droite britannique s'engage à organiser un référendum sur le traité de Lisbonne. Mais il a d'autres chats à fouetter et oublie vite cette promesse. D'ailleurs, à l'inverse de la France, le référendum n'est pas du tout dans les m?urs de la politique outre-Manche. Signé le 13 décembre 2007 entre les vingt-sept États membres, le document de Lisbonne, instituant la majorité qualifiée, la charte des droits fondamentaux ou la jurisprudence de la Cour de justice, est ratifié par le nouveau chef du gouvernement travailliste, Gordon Brown, en 2008.

Montée des eurosceptiques

Aux élections de mai 2010, les Tories ratent la majorité absolue, à la surprise générale. David Cameron devient Premier...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant