Brexit : la France, l'Allemagne et l'Italie mettent la pression sur Londres

le , mis à jour à 20:06
4
Brexit : la France, l'Allemagne et l'Italie mettent la pression sur Londres
Brexit : la France, l'Allemagne et l'Italie mettent la pression sur Londres

Si le Brexit est acté, reste à savoir quand il sera appliqué. Les Européens veulent aller vite et les Britanniques prendre leur temps. « Que la Grande-Bretagne ait besoin d'un certain temps pour analyser les choses, je le comprends », a expliqué la chancelière allemande Angela Merkel, ce lundi, tout en précisant que l'UE ne pouvait « pas se permettre une longue période d'incertitude ». 

Berlin, Paris et Rome ont ainsi décidé de se montrer ferme en se disant opposés à des négociations avant que le Brexit ne soit formalisé par la Grande-Bretagne. François Hollande a de son côté appelé « à ne pas perdre de temps » pour le départ du Royaume-Uni. 

Près de 52% des Britanniques ont voté pour la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne lors d'un référendum organisé le 23 juin. Désormais, Londres doit formuler une demande officielle de sortie alors que des réunions entre chefs d'Etat sont prévues. Les grands responsables politiques du monde s'inquiètent des conséquences de ce Brexit.

 

VIDEO. Brexit : pourquoi Hollande est pressé d'en finir, mais pas Merkel

Varsovie veut un nouveau référendum

« Il ne fait pas de doute que c'est un nouveau défi défavorable » pour l'économie mondiale, a jugé le secrétaire américain au Trésor, Jack Lew, ce lundi. Il a toutefois estimé sur la chaîne financière CNBC que « c'est quelque chose que nous pouvons gérer ». Le chef de la diplomatie américaine John Kerry a lui exhorté les dirigeants européens à « ne pas perdre la tête » et à défendre les « valeurs et intérêts qui nous ont rapprochés » lorsqu'ils négocieront la sortie des Britanniques de l'Union européenne. 

Même son de cloche chez les ministres français et allemand des Affaires étrangères qui appellent dans un document commun publié à Berlin à renforcer l'intégration « politique » en Europe en réponse à la sortie du Royaume-Uni de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • phili646 il y a 12 mois

    Les british ont fait une énorme erreur d'appréciation. Chacun prend ses responsabilités, à commencer par leurs dirigeants qui ont jouer avec le feu. ils se sont brulés !!!!! Vraiment dommage pour cette jeunesse britannique qui a voté très majoritaire pour le maintien dans l'UE !!!!!!

  • phili646 il y a 12 mois

    Le général De Gaulle ne voulait pas des Britanniques dans l'UE. et dieu sait qu'il avait raison !!!!

  • frk987 le lundi 27 juin 2016 à 18:26

    Un second et dernier referendum, on fait la moyenne arithmétique des deux.....et ma foi, après on pourra dire DEHORS ou bien vous vous alignez, plus de spécificités pour la GB. Ce serait la logique.

  • M1736621 le lundi 27 juin 2016 à 17:33

    Que les polonais s'occupent de leurs affaires. Un référendum pour annuler un référendum : c'est à pleurer de voir un politique se mettre à genoux devant les british