Brexit : la folle semaine britannique en cinq actes

le
1
Le drapeau britannique est remplacé par celui de l'Union européenne à Bruxelles le 28 juin.
Le drapeau britannique est remplacé par celui de l'Union européenne à Bruxelles le 28 juin.

Stupeur, flottement, regrets, menaces, rivalités, trahisons… le choc provoqué par le vote sur la sortie de l’Union européenne, le 23 juin, a disloqué la scène politique au Royaume-Uni.

La Grande-Bretagne est une île à la dérive. Depuis la victoire du « Leave » au référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne (UE), le 23 juin, son destin, et celui de tout le pays, semble s’écrire en pointillé.

Le doute ne concerne pas seulement la forme que prendra ce départ vers le grand large ou les futures relations du Royaume-Uni avec le continent. Depuis une semaine, l’économie britannique tremble et la scène politique s’est transformée en un champ de ruines. Le flegme coutumier de ses dirigeants est un lointain souvenir. Le choc du Brexit menace la cohésion du pays et, même, son intégrité.

Les « unes » des journaux d’outre-Manche, certes peu réputés pour leur mesure, en disent long sur l’angoisse qui, en une semaine, s’est emparée du royaume. « Et maintenant la guerre civile », titrait le Daily Mirror du 30 juin. Samedi 2 juillet, le très sérieux The Economist a affiché en couverture un drapeau britannique en forme de slip rapiécé. « Anarchy in the UK », a titré l’hebdomadaire londonien, en référence à la chanson des Sex Pistols sortie en 1977, quatre ans après l’adhésion du Royaume-Uni à la Communauté économique européenne (CEE).

Quarante ans plus tard, c’est bien l’histoire qui frappe à la porte. La petite comme la grande, dans un tohu-bohu où la tragédie shakespearienne le dispute au Grand-Guignol. Retour, en cinq actes, sur la semaine où le Royaume-Uni a vacillé.

ACTE I : LA STUPEUR « Mes yeux sont pleins de larmes ; je n’y vois pas. Pourt...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Garasixt il y a 5 mois

    Si ça continue comme cela ils ne vont jamais sortir. Tout est fait pour qu'ils restent aussi bien dedans que dehors. Il vont avoir droit à une deuxième chance qu'ils saisiront. Une fois de plus il vont nous la mettre jusqu'à l'os.