Brexit-L'Ecosse veut avoir son mot à dire devant la Cour suprême

le
1
    EDIMBOURG, 8 novembre (Reuters) - L'Ecosse interviendra 
contre Londres dans la bataille judiciaire qui s'annonce sur la 
nécessité ou non d'un feu vert du Parlement britannique pour le 
déclenchement du Brexit, a annoncé mardi la Première ministre 
écossaise Nicola Sturgeon.   
    La Première ministre britannique Theresa May, qui entend 
activer l'article 50 du Traité européen avant la fin mars 2017, 
conteste devant la Cour suprême l'arrêt rendu le 3 novembre 
dernier par la Haute Cour, qui a jugé que le gouvernement était 
tenu d'obtenir l'aval du Parlement avant d'engager formellement 
la procédure de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Le 
recours sera examiné début décembre.  
    Devant la presse, Nicola Sturgeon a déclaré que le plus haut 
responsable judiciaire d'Ecosse, le Lord Advocate, allait 
déposer formellement une requête devant la Cour suprême pour 
pouvoir intervenir dans le dossier.  
    "Ceci n'est pas une tentative de veto, mais la volonté 
démocratique du peuple écossais (...) ne peut pas être balayé 
d'un simple revers de main", a-t-elle expliqué.  
    "Avant de déclencher l'article 50, il faudra obtenir un 
texte de loi à Westminster et le consentement du Parlement 
écossais", a encore averti la Première ministre écossaise.  
    Même si le Royaume-Uni dans son ensemble a voté en faveur du 
Brexit lors du référendum du 23 juin dernier, l'Ecosse et 
l'Irlande du Nord ont voté pour le maintien dans l'UE.  
 
 (Elisabeth O'Leary; Jean-Stéphane Brosse pour le service 
français, édité par Tangi Salaün) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5285637 il y a 4 semaines

    des claques de toutes part.quelle bêtise cette décision de Cameron!!