Brexit-L'Autriche veut que les petits pays aient voix au chapitre

le
0
    BRATISLAVA, 9 septembre (Reuters) - L'Allemagne, la France 
et l'Italie, les trois premières puissances économiques de 
l'Union européenne, ne doivent pas imposer aux autres pays 
membres les termes du Brexit, a estimé le ministre autrichien 
des Finances vendredi. 
    Hans Jörg Schelling juge qu'il serait une "mauvaise chose" 
que la chancelière Angela Merkel, le président François Hollande 
et le président du Conseil Matteo Renzi dominent le débat sur la 
sortie britannique du bloc commun. 
    "Les petits pays ne doivent pas être ignorés", a prévenu 
Schelling en marge d'une réunion des ministres des Finances 
européens à Bratislava. 
    Merkel, Hollande et Renzi se sont retrouvés le mois dernier 
pour un sommet à trois après le référendum du 23 juin par lequel 
les électeurs britanniques ont exprimé leur volonté d'un Brexit. 
    Le ministre autrichien a précisé qu'il avait demandé une 
réunion des ministres des Finances et de l'Economie des Etats 
membres à l'exception de la Grande-Bretagne sur cette question. 
    Plusieurs de ses homologues se sont montrés favorables à 
cette proposition, a-t-il ajouté se déclarant surpris par la 
décontraction avec laquelle les négociations sur ce sujet se 
déroulent pour l'instant en Europe. 
     
     
     
 
 (Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant