Brexit : Hollande consulte les partis, Merkel ne veut pas être «trop dure» avec Londres

le , mis à jour à 01:49
37

24 heures après le résultat du référendum qui a vu les Britanniques voter à près de 52% en faveur de leur sortie de l'Union européenne, le Royaume-Uni apparaît plus divisé que jamais. Une pétition réclamant à nouveau vote a dépassé les 2 millions de signatures tandis que l'Ecosse veut tout faire pour conserver sa place au sein de l'UE.

 

Ailleurs en Europe, la pression monte sur les Britanniques. Réunis à Berlin, les ministres des Affaires étrangères des six pays fondateurs de l'UE ont demandé à Londres d'accélérer le divorce. Le Français Jean-Marc Ayrault a insisté pour qu'un nouveau Premier ministre soit désigné au plus vite à Londres, dans «quelques jours». La chancelière Angela Merkel a adopté un ton conciliant en déclarant à Berlin qu'il n'y avait «aucune raison de se montrer trop dur dans les négociations. Il faut les mener dans les règles».

 

A Paris, François Hollande effectuait un tour d'horizon de l'ensemble des formations politiques représentées au Parlement pour préparer les initiatives françaises après le Brexit. La journée du chef de l'Etat doit s'achever par un dîner avec le chef du gouvernement italien Matteo Renzi.

 

>>> Revivez la journée de samedi > Ayrault au «Parisien» : «Maintenant, il faut aller vite»

 

12h30. Les pays fondateurs de l'Union européenne veulent que Londres engage sa sortie au plus vite. Les ministres des Affaires étrangères allemand, français, belge, italien, luxembourg, et néerlandais réunis à Berlin continuent de mettre la pression sur le Royaume-Uni. Contrairement à ce qu'a annoncé David Cameron, ils veulent que les négociations pour la sortie de l'UE commencent rapidement.

 

>> Sortie de l'UE : mode d'emploi

 

VIDEO. Brexit : Cameron annonce qu’il va démissionner dans 3 mois

 

11h55. Une pétition réclamant un nouveau référendum sur l'Union européenne dépasse le million ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9244198 il y a 8 mois

    Le futur avec Europe? Des salaires et primes exorbitants de ces fonctionnaires. La vie est six fois plus chère avec l'euro. L'agriculture sur le point d'être en faillite. Le textile est mort. 2/3 de la technologie transférée ailleurs avec les usines. Le chômage jamais aussi élevé malgré le trucage des chiffres. Les jeunes bien formés s'expatrient hors Europe pour la plupart s'ils n'appartenaient pas à une famille "d'élite", remplacés par leurs enfants formés en ...Roumanie! Quelle Europe!!!!

  • indyta il y a 8 mois

    et cela ressemble etrangement a aujourdhui;et un autre journaliste rapporte la volonte de certains elus europeens d interdire bin justement les referendums...sic

  • tchazard il y a 8 mois

    et juncker il rend quand les centaines de milliards qu 'il a détourné de ceux qui l 'ont élu ? quelle farce cette UE

  • tchazard il y a 8 mois

    à croire certains europeistes 52% des anglais seraient na zis et extremistes !!!

  • bugsan il y a 8 mois

    @M123 parce que ceux qui avaient voté oui l'avaient tous lu ? Et permis ceux qui l'ont lu vous direz qu'ils n'ont pas compris. Et parmi ceux qui ont compris vous direz qu'ils étaient partisants. Et si il en reste encore vous finirez par dire que ces derniers étaient de mauvaise foi. En définitive "si tu n'es pas pour tu ne devrais pas voter". Quel drôle de sens de la démocratie.

  • bugsan il y a 8 mois

    Il faut lancer une petition pour revoter Maastricht qui n'avait reçu que 51% de oui et exiger au moins 60% !

  • bugsan il y a 8 mois

    Et le référendum sur la loi travail, réclamé par la petition qui a eu 1.3 millions de signatures ? Ah non, celle la ne plait pas aux merdias.

  • gl060670 il y a 8 mois

    personnellement je pense qu'ils vont regretter ce choix qui envoie la GB dans un trou noir et qui sacrifie l'avenir de leur jeunesse. l’Europe n'est pas facile à construire mais l’avenir ne se construit pas sur un passé révolu et hors du temps.

  • tchazard il y a 8 mois

    Le Parlement britannique doit envisager la tenue d'un débat sur toute pétition qui réunit plus de 100.000 signataires.Le Premier ministre britannique David Cameron, qui a annoncé son intention de démissionner, a indiqué qu'il n'y aurait pas de second référendum sur cette question."(c) Thomson - Reuters 2016

  • m1234592 il y a 8 mois

    @ref1929 " On cherche immédiatement a trafiquer un vote juste après qu'il soit sorti des urnes" ce n'est pas nouveau reprenez les commentaires de gauche lors des élections.