Brexit : Elizabeth II supportera-t-elle l'irrésistible ascension des femmes ?

le
0
Même en cire, la reine d'Angleterre ne reste pas de marbre devant l'irruption des femmes dans la vie politique outre-Manche.
Même en cire, la reine d'Angleterre ne reste pas de marbre devant l'irruption des femmes dans la vie politique outre-Manche.

La suprématie masculine s'est exercée pendant des siècles sur la politique britannique. Au Royaume-Uni, qui a donné le droit de vote aux femmes en 1918 avant les autres pays européens, il y a certes déjà eu des femmes à la tête de l'État. Mais le référendum du 23 juin 2016 sur le Brexit a mis en évidence une nouvelle percée des femmes au sommet du pouvoir. Cela, pour le plus grand déplaisir de la reine Elizabeth II, puisque la souveraine préfère travailler avec les hommes.

Rapide passage en revue. La favorite dans la course au leadership du Parti conservateur, donc au poste de Premier ministre, est le ministre de l'Intérieur, Theresa May. En outre, les bookmakers donnent Andrea Leadsom, l'une des chefs de file du camp du Brexit, comme principal challenger à la tête des tories. À gauche, Angela Eagle devrait affronter Jeremy Corbyn, pour la direction de l'opposition travailliste. Nicola Sturgeon est First Minister de l'Écosse. Le chef des tories dans la province est également une femme, Ruth Davidson. Enfin, l'Irlande du Nord est présidée par l'unioniste Arlene Foster. Au pays de Galles, la formation indépendantiste Plaid Cymru est dirigée par Leanne Wood. Petite anecdote : deux de ces protagonistes, Ruth Davidson et Angela Eagle, sont ouvertement lesbiennes.

Le tropisme masculin d'Elizabeth II

Elizabeth I et Victoria furent les deux plus grandes reines. Mais la première était fière de son...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant