Brexit : derniers affrontements dans un débat houleux

le
0
Brexit : derniers affrontements dans un débat houleux
Brexit : derniers affrontements dans un débat houleux

Le choeur de gospel interprêtant «All you need is love» n'a pas suffi à calmer les esprits. Deux jours avant le référendum sur le maintien ou non du Royaume-Uni dans l'Union européenne, 6000 Britanniques et les spectateurs de la BBC ont assisté mardi soir à un débat très houleux.

Trois responsables de chaque camp, pro Brexit et anti, se sont affrontés pendant près de deux heures, debout derrière des pupitres au SSE Arena Wembley de Londres. L'acutel maire de Londres, le travailliste Sadiq Khan, partisan du maintien dans l'Union, et son prédecesseur le conservateur Boris Johnson, favorable à une sortie, ont été particulièrement virulents. Régulièrement, le travailliste a accusé les pro-Brexit de mentir.

«On nous dit qu'on ne peut pas faire baisser nos coûts énergétiques pour protéger les emplois (...) parce que Bruxelles dit non», a attaqué Boris Johnson, évoquant les difficultés de la sidérurgie britannique qu'il impute à l'Europe. «Mensonge, ce n'est que mensonge après mensonge !», lui a aussitôt rétorqué Sadiq Khan. «Boris, tu devrais le savoir : près d'un demi-million d'emplois à Londres sont directement dépendants de l'Union européenne», a-t-il argumenté.

« Boris, vous devriez avoir honte ! »

Le maire de Londres Sadiq khan à boris johnson

Les échanges ont été tout aussi musclés sur le thème de l'immigration dont les défenseurs du Brexit ont fait un des thèmes principaux de la campagne. Le maire travailliste de Londres a notamment dénoncé les tracts de ces derniers expliquant que la Turquie allait rentrer dans l'Union européenne. «Ce sont des propos alarmistes, Boris, vous devriez avoir honte», a lancé Sadiq Khan.

 

"Let's deal with this big fat lie once and for all. Turkey isn't about to join."

Sadiq Khan, #Remain #BBCDebate https://t.co/fqPfry2rNp

— BBC News (UK) (@BBCNews) June 21, 2016

 

En contre-attaque, Boris Johnson a dénoncé la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant