Brexit : David Cameron n'est pas prophète en sa circonscription

le
0
Un panneau à l'entrée de la bourgade Witney, fief de Cameron : « Vote Leave ». En bon français : votez pour la sortie de l?Union européenne.
Un panneau à l'entrée de la bourgade Witney, fief de Cameron : « Vote Leave ». En bon français : votez pour la sortie de l?Union européenne.

À peine entré dans Witney, le regard est attiré par un panneau dont le rouge-sang tranche sur le vert tendre du gazon : « Vote Leave ». En bon français : votez pour la sortie de l'Union européenne. C'est ainsi depuis le début de la campagne, il y a quatre mois : les « Leave » sont rouges, les « Remain » (pour le maintien au sein de l'UE) bleus. À vrai dire, on s'attendait à un autre comité d'accueil dans la circonscription de David Cameron qui a voulu ce référendum et défend la cause des bleus avec d'autant plus d'acharnement que sa survie politique en dépend.

En 2001, cette bourgade prospère, située à une vingtaine de kilomètres d'Oxford et nichée au pied du parc naturel des Cotswolds, ne constituait pas le premier choix du jeune et ambitieux David Cameron. Il aurait de beaucoup préféré Kensington, au c?ur de Londres, mais la place était déjà prise par un ténor conservateur. Alors il s'est rabattu sur ce coin de l'Oxfordshire d'autant plus volontiers qu'on y vote « tory » de père en fils.

Du rouge au bleu

Tout le monde aime « Dave » ici, mais pas forcément au point de suivre à la lettre ses injonctions. Même dans son fief, jumelé avec Le Touquet en France, le débat sur l'appartenance à l'Union européenne est suffisamment âpre pour qu'à l'instar d'une tradition bien établie aux États-Unis, de nombreux habitants affichent la couleur sur le fronton de leur maison ou à...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant