Brexit : comment en est-on arrivé là ?

le , mis à jour à 10:47
0
Brexit : comment en est-on arrivé là ?
Brexit : comment en est-on arrivé là ?

C'est «l'avenir de l'Union européenne qui se joue», s'était inquiété François Hollande à quelques heures du référendum britannique. Mais peu de Français croyaient que cela puisse réellement arriver. Pourtant, le Royaume-Uni a majoritairement voté pour une sortie de l'Union européenne, jeudi. Petit retour dans le temps pour comprendre comment les Britanniques ont choisi la voie du Brexit.

 

Depuis 1973 et son entrée décalée dans le marché commun, la Grande-Bretagne - historiquement plus proche de Washington que de Bruxelles - a donné quelques preuves de son attachement à l'Union et participé à bon nombre de grandes décisions communautaires. Toutefois, le «Je t’aime, moi non plus» a toujours été d'actualité. En près de 50 ans, l'Europe élargie à 28 membres a dû faire face à des crises qui l'ont secouée économiquement et ont mis à l'épreuve jusqu'à sa raison d'être. Terrorisme, réfugiés, montée des populismes... Les Britanniques, déjà absents de la zone euro et des accords de Shengen, ne pouvaient échapper au doute. Depuis toujours, le principe de libre circulation des personnes pose un problème au Royaume-Uni. Et c'est encore ce point qui a mené le pays jusqu'à ce - deuxième - référendum sur le maintien dans l'UE.

> CHRONOLOGIE.  Les relations mouvementées du Royaume-Uni avec l'Europe

 

 

Un désaveu pour Cameron

 

En mai 2014, le succès du UK Independance Party (Ukip) aux élections européennes confirme la montée de la pensée eurosceptique dans le pays. David Cameron, plutôt europhile, est conscient que l'idée d'un Brexit séduit jusqu'à son parti. Le leader conservateur cherche à calmer les ardeurs populistes tout en se montrant à l'écoute des citoyens. Il promet que si les conservateurs se maintiennent au Parlement lors des élections de mai 2015, il organisera un référendum d'ici 2017. Et tient sa promesse.

En attendant, face à Bruxelles, il profite de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant