Brexit - Cohn-Bendit : "Il y a une tempête, mais ce n'est pas la fin ! "

le
0
Daniel Cohn Bendit, europhile passionné, analyse le vote des Britanniques en faveur du Brexit et plaide pour plus d?intégration.
Daniel Cohn Bendit, europhile passionné, analyse le vote des Britanniques en faveur du Brexit et plaide pour plus d?intégration.

Le Point : Avec la sortie du Royaume-Uni de l'UE, n'est-ce pas la fin d'un rêve, d'une utopie, celle d'une destinée commune pour tous ces peuples ?

Daniel Cohn-Bendit : Ce n'est pas parce qu'il y a une défaite que c'est la fin. On peut dire, en revanche, que le vote de la Grande-Bretagne, c'est la fin du rêve de la Grande-Bretagne, puisque les Écossais vont faire un référendum pour en sortir et que l'Irlande du Nord demande à être rattachée à l'Union. Oui, il y a une tempête, mais ce n'est pas la fin ! Il faut une renaissance de l'Europe parce que, objectivement, on a besoin d'Europe. Dans la mondialisation, arrêter le processus d'intégration serait un drame pour notre souveraineté. Il n'y a qu'une souveraineté européenne, qui va au-delà d'une souveraineté nationale, qui permettra de nous protéger dans le monde d'aujourd'hui.

N'est-ce pas alors une bonne nouvelle ? Cela lève une certaine ambiguïté que l'Angleterre a toujours cultivée vis-à-vis de l'Europe.

C'est une nouvelle qui n'est pas bonne parce que cela crée un climat de sortie, ça va créer d'énormes problèmes. Par exemple, une Europe de la défense sans l'Angleterre, ça va être difficile? D'un autre côté, cela peut être salutaire si nous redéfinissons le projet européen : plus d'intégration mais...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant