Brexit : bras de fer au sommet entre Hollande et Merkel

le , mis à jour à 06:51
3
Brexit : bras de fer au sommet entre Hollande et Merkel
Brexit : bras de fer au sommet entre Hollande et Merkel

La chancelière Merkel et le président Hollande se sont entretenus trente minutes, hier soir, par téléphone pour préparer la séquence capitale qui s'ouvre cette semaine en Europe. Le président et sa partenaire allemande sont tombés d'accord pour prendre des initiatives rapides. Ils les détailleront dès aujourd'hui, avant le sommet crucial qui débutera demain à Bruxelles, le premier après le Brexit. Pour le préparer, le chef de l'Etat sera dès aujourd'hui à Berlin, où il retrouvera Angela Merkel, pour un tête-à-tête en fin d'après-midi. Avant un dîner à trois, avec le Premier ministre italien, Matteo Renzi. L'occasion pour le chef de l'Etat d'essayer d'emboîter le pas de Merkel dans cette valse périlleuse pour consolider l'Europe, mise à mal par la décision du peuple britannique de la quitter.

 

Le désaccord du calendrier

 

Pour consommer la rupture entre le Royaume-Uni et l'UE, le Premier ministre britannique doit notifier la demande de son pays au président du Conseil européen, Donald Tusk. Or David Cameron a laissé entendre que cette procédure devait être entreprise en octobre par son successeur, qui sera issu du camp du Brexit. Il ne devrait pas le faire dès le sommet de mardi. Sur la même ligne, Angela Merkel appelle carrément au « calme ». Son bras droit Peter Altmaier a eu cette drôle de phrase : « La classe politique londonienne devrait pouvoir réfléchir une nouvelle fois aux conséquences d'un retrait. » De l'autre côté du Rhin, à Paris, le ton est radicalement différent. « Il ne faut pas donner l'impression d'une Europe molle », souligne un diplomate de haut rang. Une analyse partagée par les dirigeants européens Jean-Claude Juncker (Commission) et Martin Schulz (Parlement), pressés d'obtenir le faire-part de rupture britannique pour empêcher tout effet domino.

 

La bataille du leadership

 

Fort de cette dynamique, Hollande entend infléchir la position de Merkel ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • c.voyant il y a 5 mois

    Il est scandaleux qu'un représentant du peuple puisse hésiter à appliquer la volonté du peuple. Ceux qui doutaient que nous soyons dans un état Stalinien larvé peuvent lever leurs doutes.

  • fquiroga il y a 5 mois

    on sait d'avance qui l'emportera.......

  • goufio2 il y a 5 mois

    La souveraineté politique ça a de la gue-le