Brexit-Ayrault appelle Londres à respecter le vote en allant vite

le
0
    PARIS, 28 juin (Reuters) - Le ministre français des Affaires 
étrangères, Jean-Marc Ayrault, a exhorté mardi les autorités 
britanniques à enclencher rapidement la procédure de sortie de 
l'Union européenne par respect pour le vote des Britanniques et 
leurs partenaires. 
    "C'est un fait, les Britanniques ont choisi. Et il faut 
respecter le vote du peuple britannique", a-t-il déclaré lors 
d'une conférence de presse à Paris avec son homologue saoudien. 
    Cinq jours après le référendum par lequel les Britanniques 
ont décidé de quitter l'UE, le Premier ministre David Cameron a 
réaffirmé son intention de laisser son successeur invoquer 
l'article 50 du traité de Lisbonne qui enclenchera un compte à 
rebours de deux ans pour organiser la séparation. 
    Ce délai, qui reporte la décision à l'automne, inquiète des 
pays comme la France et les institutions européennes, qui 
craignent le prolongation de la période d'incertitude, d'autant 
plus que des scénarios alternatifs commencent à naître. 
    Dans une lettre ouverte publiée lundi par le Daily 
Telegraph, Jeremy Hunt, ministre britannique de la Santé et 
possible candidat à la succession de David Cameron, a évoqué un 
deuxième référendum sur l'appartenance à l'Union européenne. 
    Ce dernier pourrait avoir lieu si Bruxelles autorise la 
Grande-Bretagne à contrôler totalement ses frontières. 
    "Aussi, avant de lancer le compte à rebours, nous devons 
négocier un accord et le soumettre au peuple britannique, soit 
avec un référendum, soit à travers le programme conservateur 
dans le cadre d'élections générales", explique Jeremy Hunt. 
    Pour Jean-Marc Ayrault, il faut aller vite? 
    "Je pense que quand on prend la décision, comme l'a fait le 
Premier ministre David Cameron, d'organiser un référendum de 
cette importance, j'imagine qu'on mesure la responsabilité qu'on 
prend et qu'il n'y a aucun doute sur la volonté d'assumer les 
conséquences, c'est-à-dire le choix des citoyens, donc de 
respecter le choix des citoyens", a-t-il dit. 
    Quelques heures avant l'ouverture du Conseil européen de 
Bruxelles, il a réaffirmé que les négociations devraient 
s'ouvrir "le plus vite possible parce que c'est un intérêt 
commun, parce que toute période qui perdurerait d'incertitude 
serait gravement préjudiciable, aussi bien aux Britanniques, au 
Royaume-Uni dans sa cohérence, mais aussi à tous les Européens." 
    "Nous respectons le vote du peuple du peuple britannique, 
comme nous demandons que les autorités en charge du gouvernement 
et les futures autorités respectent aussi la volonté des 
Européens, des 27 autres européens de poursuivre et même 
d'améliorer le projet européen", a-t-il ajouté.   
     
 
 (Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant