Brexit : à Bruxelles, les eurofonctionnaires écoeurés

le , mis à jour à 09:01
11
Brexit : à Bruxelles, les eurofonctionnaires écoeurés
Brexit : à Bruxelles, les eurofonctionnaires écoeurés

C'est vers 5 h 30 que le scénario tant redouté par les responsables européens est devenu réalité : la BBC et Sky News annoncent la victoire du « leave », la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. A Bruxelles, où siègent les institutions de l'UE, le top départ des conciliabules et réunions de crise est donné. Objectif : montrer que l'Union est préparée et ne cède pas à la panique. En un mot, rassurer... tant bien que mal. Au Parlement européen, le président, Martin Schulz, réunit les présidents des groupes politiques. Dans la foulée, au Berlaymont, siège de la Commission européenne, les présidents Juncker, Tusk et Schulz, à la tête respectivement de la Commission, du Conseil — le concert des chefs d'Etat et de gouvernement — et du Parlement, mettent au point une déclaration commune. « C'est vrai, ces dernières années ont été dures. Mais mon père m'a toujours dit que ce qui ne tue pas rend plus fort », lance Donald Tusk, citant le philosophe Nietzsche.

 

Dans les couloirs du bâtiment, les eurofonctionnaires ont du mal à cacher leur abattement. Pour la première fois de l'histoire de l'Union, un Etat membre décide de quitter le club. La claque est énorme pour ces chevilles ouvrières de la construction européenne. Ils regardent, écoeurés, défiler les tweets sur leur portable. Marine Le Pen et son homologue néerlandais Geert Wilders qui appellent à un référendum sur la sortie de l'UE. Nigel Farage, le leadeur britannique du parti europhobe Ukip, qui veut faire du 23 juin un jour férié pour célébrer « l'indépendance retrouvée ». Ou encore le puissant et eurosceptique leadeur polonais Jaroslaw Kaczynski qui réclame un nouveau traité européen. Comment en est-on arrivé là ? Et surtout comment enrayer l'effet domino ? Peu après midi, le président de la Commission de Bruxelles, Jean-Claude Juncker, les traits tirés, visiblement éprouvé et fatigué, vient délivrer le message aux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7530382 il y a 6 mois

    bof après tout si ça s'écroule ça fera des économies...pour le coup on va être aux 3%.....déjà les 18000 mensuels du Mos cov ici qu'il n'y aura plus à payer.....enfin on atteindra les contraintes budgétaires, ce sera encore mieux que quand c'était l'Europe dis donc....

  • M7530382 il y a 6 mois

    ...je me demande ce qu'ils en pensent les Grecs du nouveau truc là....et je me demande ce qu'il a à dire aussi celui qui était le plus har gneux à leur encontre....

  • M7530382 il y a 6 mois

    je me souviens que en 2005 il y avait un débat avec des partisans du "non" en France qui expliquaient tout ce qui n'allait pas dans le traité qu'il fallait avaler avec la couleuvre...ils expliquaient tout ce qui faisait défaut dans le texte...on leur a répondu "Lisbonne"....et maintenant il disent qu'il va falloir réparer tout ça en faisant ce qu'ils ne voulaient pas entendre en 2005???...je sais pas vous, mais moi j'ai de sérieux doutes...ça va être l'hécatombe bientôt ....

  • M7530382 il y a 6 mois

    En plus il y a eu des trucs bizarres: un jour il y a quelques mois, sur LCP, une dame de l'Europe a dit "le texte sur l'obligation d'afficher la provenance des matières premières des produits transformés a été votée par le parlement européen, mais la mesure n'est pas appliquée car ça a été retoqué par la Commission"...moi ça m'a fait bizarre....et encore plus bizarre ces jours-ci lorsque j'ai entendu un gugus expliquer que ce n'est pas la commission qui décide mais que c'est le parlement...(??)

  • M7530382 il y a 6 mois

    d'un autre coté, vu comment ça démarre, Londres l'Ecosse qui veulent leur indépendance, l'Irlande du nord qui veut se rattacher à l'Irlande, les douaniers qu'il faut embaucher, le futur prévu premier ministre ex maire de Londres qui freine des 4 fers, le Cameron qui ne démissionne pas et qui attend sagement la fin de son mandat à l'automne, les autres qui disaient que si on sort on est plus dedans et qui maintenant cherchent un moyen pas trop douloureux ni méchant ..un 2005 à l'anglaise???

  • M3756815 il y a 6 mois

    C'est tous ces fonctionnaires entassés les uns sur les autres qui portent la responsabilité du BREXIT. Ils sont plus préocupés a conserver leur place que diriger.Au lieu de s'occuper de la couleur rouge des boites aux lettre Anglaises a passer en jaune, ils feraient mieux de s'occuper entre autres d'appliquer SCHENGEN.En somme, au lieu de brandir le martinet pour les prochains au départ, c'est a eux de prendre les mesures tant attendus par le peuple mais il est plus facile de "pointer"

  • frk987 il y a 6 mois

    Vous êtes des bons à nib et pourtant je suis pro-UE.

  • M7530382 il y a 6 mois

    là au moins ça va les occuper avec le boulot que ca va leur apporter.....vont peut être pouvoir enfin justifier leurs rémunérations pharamineuses? ca sera au moins déjà ça...sauf s'ils nous pondent une nouvelle m er de.

  • frk987 il y a 6 mois

    99% des actions de l'UE consistent à des niaiseries comme le calibrage des fruits et légumes, occupez vous de l'harmonisation fiscale, de l'immigration contrôlée et cohérente, de l'aide sociale unique...et vous allez voir un miracle se produire.

  • c.voyant il y a 6 mois

    Le plus curieux est que les libéraux ont monté cette Tour de Babel de fonctionnaires et qu'ils s'en réjouissent. Les Anglais eux, refusent de manger leurs chapeaux.