Brevets: l'ombre de Google plane sur l'ouverture du nouveau procès Apple/Samsung

le
0
Brevets: l'ombre de Google plane sur l'ouverture du nouveau procès Apple/Samsung
Brevets: l'ombre de Google plane sur l'ouverture du nouveau procès Apple/Samsung

Après une première audience lundi consacrée à la sélection des jurés, le nouveau procès sur les brevets opposant les géants des smartphones Apple et Samsung en Californie est entré dans le vif du sujet mardi avec un invité surprise: Google.Apple et Samsung s'accusent mutuellement de violations de brevets sur une série de modèles de téléphones et de tablettes, dont l'iPhone 5 du groupe américain et le Galaxy S3 avec lequel le sud-coréen lui a répliqué sur le créneau haut de gamme, sortis tous les deux en 2012.En s'en prenant à Samsung, Apple mène en réalité "une attaque contre Android", le système d'exploitation mobile de Google, a indiqué mardi lors de la première exposition de ses arguments l'avocat du groupe sud-coréen, John Quinn, aux jurés du tribunal de San José en Californie."Apple essaye de limiter le choix des consommateurs et de gagner un avantage injuste sur (le logiciel) Android de Google", a-t-il accusé. Android s'est imposé comme le principal système d'exploitation sur le marché mondial des smartphones comme des tablettes, détrônant iOS, le logiciel qui fait tourner l'iPhone et la tablette iPad. Google laisse toute une série de fabricants l'utiliser, mais Samsung est le plus en pointe.Le procès se tient dans le même tribunal et devant la même juge, Lucy Koh, que deux autres procès très suivis en 2012 et 2013, qui concernaient des modèles plus anciens et s'étaient soldés par 930 millions de dollars d'amendes pour Samsung. Ce dernier a fait appel.Apple réclame cette fois plus de 2 milliards de dollars de dédommagements, accusant Samsung d'avoir vendu aux Etats-Unis quelque 37 millions de smartphones et de tablettes violant certains de ses brevets."Cette affaire ne concerne pas Google", a assuré mardi aux jurés l'avocat du groupe à la pomme, Harold McElhinny. "C'est Samsung, pas Google, qui a choisi de mettre ces fonctionnalités dans ses téléphones".La juge Koh a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant