Brevet 2015 : découvrez les sujets de l'épreuve de français

le , mis à jour à 16:04
1
Brevet 2015 : découvrez les sujets de l'épreuve de français
Brevet 2015 : découvrez les sujets de l'épreuve de français

Près de 835 000 collégiens scolarisés en classe de troisième passent ce jeudi et vendredi les épreuves de leur premier diplôme national : le Brevet ! Ce jeudi 25 juin, les élèves commencent ce matin par l'épreuve de français (avec la fameuse dictée), avant les mathématiques l'après-midi, puis l'Histoire-Géo / Education Civique vendredi matin.

Dictée, rédaction, questions de compréhension de texte : voici les sujets du brevet de français 2015.

Première partie : Questions – Réécriture - Dictée

Le texte de référence pour les questions est un extrait du roman d'Antoine de Saint-Exupéry, «Terre des hommes», 1939.

Seul à bord de son avion, le narrateur est contraint de se poser au milieu du désert.

Ici, je ne possédais plus rien au monde. Je n’étais rien qu’un mortel égaré entre du sable et des étoiles, conscient de la seule douceur de respirer…

Questions (15 points) : 8 questions de compréhension sur le texte sont ensuite proposées aux collégiens.

Réécriture (4 points) :

Réécrivez ces deux phrases en remplaçant « je » par « nous » et en procédant à tous les changements nécessaires.

« Je n’étais rien qu’un mortel égaré entre du sable et des étoiles, conscient de la seule douceur de respirer…

Et cependant, je me découvris plein de songes. »

Dictée (6 points) :

Cette année un texte de Jean-Marie Gustave Le Clézio (Désert, 1980) composait la dictée : (le mot gangue était écrit au tableau)

Il n’y avait rien d’autre sur la terre, rien, ni personne. Ils étaient nés du désert, aucun autre chemin ne pouvait les conduire. Ils ne disaient rien. Ils ne voulaient rien. Le vent passait sur eux, à travers eux, comme s’il n’y avait personne sur les dunes. Ils marchaient depuis la première aube, sans s’arrêter, la fatigue et la soif les enveloppaient comme une gangue. La sécheresse avait durci leurs lèvres et leur langue. La faim les rongeait. Ils n’auraient pas pu ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le jeudi 25 juin 2015 à 11:01

    Mais ça existe encore le BEPC....franchement je croyais que c'était comme le certif, supprimé depuis belle lurette. Avec un bac on ne fait RIEN, alors avec un BEPC...mdr !!!! Bah ça fait des primes aux enseignants, n'est-ce pas l'essentiel pour l'électorat socialo !!!