Brétigny-sur-Orge: les hôpitaux mobilisés

le
0
Une alerte au «plan blanc» a été déclenchée juste après le drame. Tous les hôpitaux franciliens sont mobilisés pour faire face à cet exceptionnel afflux de victimes.

De mémoire d'urgentiste à Paris, il faut remonter à la canicule de 2003 ou à l'incendie du centre de rétention de Vincennes en 2008 pour retrouver une situation similaire à celle de vendredi soir en termes d'afflux de victimes. Le chef du service des urgences d'un grand hôpital parisien confiait au Figaro que les secours ne savent pas encore s'il y a des gens coincés dans les wagons accidentés et sous les amas de ferraille. Tous les hôpitaux parisiens sont sur le qui-vive et branchés sur le canal (la radio) du Samu. «Il y a des polytraumatisés, des gens amputés, des blessés au thorax, des traumatismes crâniens et des hémorragies. Ce sont des urgences absolues qui nécessitent une chirurgie de toute urgence. Ces blessés graves sont dirigés dans ce que l'on appelle des trauma centers dans des ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant