Brétigny : les juges reconnaissent le manque de coopération de la SNCF

le
0
Des familles de victimes de l'accident ferroviaire survenu le 12 juillet 2013 en gare de Brétigny-sur-Orge (Essonne), arrivent au palais de justice de Paris, lundi 9 mai 2016.
Des familles de victimes de l'accident ferroviaire survenu le 12 juillet 2013 en gare de Brétigny-sur-Orge (Essonne), arrivent au palais de justice de Paris, lundi 9 mai 2016.

Lors de la première rencontre avec les victimes de l’accident ferroviaire, les juges d’instruction ont concédé leurs difficultés à mener à bien leurs investigations et dénoncé le double langage de la compagnie.

La rencontre de trois heures a mis fin à trois ans d’attente. Les victimes de l’accident ferroviaire survenu le 12 juillet 2013 en gare de Brétigny (Essonne) ont été reçues lundi 9 mai au palais de justice de Paris, un rendez-vous devenu la norme pour les catastrophes de grande ampleur.

Les trois juges d’instruction chargés de l’enquête ont dressé pour la première fois depuis l’accident une synthèse de ce dossier, particulièrement technique, volumineux de dix-huit tomes. S’ils ont reconnu que la SNCF entravait l’enquête, les juges laissent les victimes sur leur faim en assurant ne pas disposer d’éléments suffisamment étayés pour engager des poursuites contre des personnes physiques potentiellement responsables de l’accident, qui a fait sept morts et des dizaines de blessés.

Comme les soixante-dix victimes de l’accident présentes au palais de justice, Thierry Gomes, président de l’association Entraide et défense des victimes de la catastrophe de Brétigny (EDVCB), a obtenu « une synthèse neutre et complète » sur les causes du déraillement du train Intercités n° 3657 reliant Paris à Limoges. Selon les juges d’instruction, l’accident est imputable à un déficit de maintenance, plus particulièrement à l’état de délabrement d’une éclisse – une pièce servant à joindre deux rails. Cette agrafe métallique de 10 kilogrammes était fissurée, si bien qu’en pivotant sur l’un de ses boulons d’attache qui était dévissé, cette pièce a fonctionné comme un tremplin pour le train, provoquan...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant