Brétigny : la piste de la malveillance relancée

le
0
Certains estiment très improbable que trois boulons puissent se dévisser au même moment.

Alors que les trois enquêtes sont toujours en cours pour comprendre ce qui a pu provoquer le déraillement du train Paris-Limoges vendredi dernier à 17h14 à Bretigny-sur-Orge, causant la mort de six personnes, certains syndicats et associations d'usagers relancent la thèse de l'acte de malveillance. Ainsi Didier Le Reste de la CGT cheminots confie «n'exclure aucune hypothèse». À la CFDT cheminots, on explique que ce type d'accident est extrêmement rarissime tout en assurant ne pas «chercher à faire de la polémique sur un malheur». «De mémoire de cheminots, on n'a jamais vu des boulons se dévisser tout seuls, explique Didier Aubert. Et ce n'est pas parce qu'un train est passé au même endroit une demi-heure avant sans problème que les boulons n'étaient pas déjà dévissés à ce moment là».

Il est en effet très improbable que trois des quatre boulons, qui tiennent attachée ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant