Brétigny : crainte d'un étouffement de l'affaire

le
0
INFO LE FIGARO - Les magistrats en charge de l'enquête sur l'accident de Brétigny demandent en vain plus de moyens pour enquêter. Impossible, selon la PJ de Versailles, cela pénaliserait l'enquête sur la disparition d'Estelle Mouzin...

Quatre mois et demi après le déraillement du train corail 3657 en gare de Brétigny-sur-Orge (Essonne) qui effectuait la liaison entre Paris Austerlitz et Limoges (385 passagers à bord), accident ayant causé la mort de sept personnes, l'enquête judiciaire patine. En cause, le manque de moyens humains dévolus à cette instruction ouverte le 24 juillet, soit douze jours après l'accident. Selon des documents consultés par Le Figaro, les magistrats Caroline Davroux, Aurélie Poirier et Philippe Devoucoux multiplient les demandes de renfort pour mener à bien leur enquête. En vain. À chaque fois la réponse de l'institution judiciaire et des services de police est polie mais négative.

En témoigne cette lettre du 12 septemb...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant