Bretagne : un pacte d'avenir de près de deux milliards d'euros

le
4
Bretagne : un pacte d'avenir de près de deux milliards d'euros
Bretagne : un pacte d'avenir de près de deux milliards d'euros

Lancé à la mi-octobre par le Premier ministre pour trouver des mesures pérennes à la «crise bretonne», le pacte d'avenir pour la Bretagne, qui s'était invité an Conseil des ministres, a été dévoilé mercredi soir. Il consacre une enveloppe de près de deux milliards d'euros à la région, dont près d'un milliard pour un plan en faveur du secteur agri-agroalimentaire, en pleine tourmente. «De l'enfumage», ont aussitôt critiqué les Bonnets rouges.

«Le pacte est le plan de et pour la Bretagne, un pacte de confiance dans ses capacités de rebond, de mobilisation et d'initiative», peut-on lire en préambule. Outre l'anticipation des mutations sociales et industrielles, le pacte entend «conforter la Bretagne comme une grande région productive» mais aussi comme «une grande région maritime européenne». Il entend aussi affirmer «l'identité culturelle» de la région et sera décliné par «une convention spécifique sur les langues de Bretagne», notamment. Il aborde aussi les questions de réussite éducative et d'accès à l'emploi des jeunes, en particulier les plus défavorisés.

Concrètement dans les quelque deux milliards d'euros de moyens financiers, près de 350 millions d'euros, attribués par l'Etat et les collectivités locales, sont consacrés à des mesures d'urgence pour l'année 2014, notamment en soutien à la filière volaille (15 M?) et aux exploitations agricoles (15 M?). Des moyens financiers sont ainsi affectés au logement, dans la lutte contre la précarité énergétique (48 M?) ou la transition énergétique (33 M?).

Le pacte doit être signé le 13 décembre

Le chapitre des mesures d'urgence liste aussi les moyens attribués dans les domaines de l'emploi et de l'accès au marché du travail, de l'enseignement supérieur et la recherche, de la culture ou des infrastructures. Les autres mesures financières concernent le plan agri-agroalimentaire de près d'un milliard d'euros, dont 368 M? venant de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gmailla7 le jeudi 5 déc 2013 à 08:23

    2 MILLIARDS POUR RIEN PAS D'USINE PAS DE TRAVAIL BANDE DE NAZE!!!!!!!!QUE DES STAGES POUR RIEN AU BOUT !!!!!!

  • olive84 le jeudi 5 déc 2013 à 06:18

    et voila 2 mds de plus partis en fumee !!

  • M6311565 le jeudi 5 déc 2013 à 01:06

    @M101064 Eyraud a laché 3 milliards à Marseille ...Puis quand on est dans la finance va pas se plaindre ça a été trèstrèstrès bien arrosé :)

  • M101064 le jeudi 5 déc 2013 à 00:26

    pour avoir 2 milliard d'euros c'est simple , portez un bonnet rouge....je sens que je vais m'en mettre partout, ....aux doigts, aux orteils, aux oreilles....qui sait? ...j'aurai ptete 10 MD€!lol