Bretagne : les barrages des éleveurs ont coûté 4 M¤ selon le préfet

le , mis à jour le
1
Bretagne : les barrages des éleveurs ont coûté 4 M€ selon le préfet
Bretagne : les barrages des éleveurs ont coûté 4 M€ selon le préfet

Les barrages routiers installés la semaine dernière en Bretagne par des éleveurs en colère ont occasionné près de quatre millions d'euros de dégâts selon une première estimation, a annoncé ce lundi à Rennes le préfet de région, Patrick Strzoda. Glissières arrachées, enrobés détruits par le feu, panneaux arrachés, détritus déposés sur les axes routiers : les actions des éleveurs protestant contre la chute des cours ont eu «un coût très important pour la société et le contribuable», a déploré le préfet lors d'une conférence de presse.

Sur une semaine de manifestations, «pour les routes nationales et départementales, l'évaluation à laquelle nous avons procédé (...), mais qui n'est pas terminée, nous amène à pratiquement 4 millions d'euros de dégâts», a annoncé Patrick Strzoda. A titre de comparaison, «à ce jour, depuis le mois d'octobre, nous avons distribué 14 millions d'euros au titre des aides d'urgence aux producteurs de porcs» bretons. 

Le préfet de Bretagne a ainsi évoqué le barrage d'Arzal (Morbihan) qui «s'est traduit par un kilomètre de détritus». Le nettoyage de la chaussée, ainsi que de celle de l'A84 (Rennes-Caen) a ainsi «mobilisé plus de 400 personnes». 

Les autorités interviendront aux prochaines actions 

A ces coûts directs s'ajoutent les coûts indirects pour les usagers, qui perdent du temps en empruntant des déviations, ainsi que pour les entreprises de transport qui subissent des coûts supplémentaires. «Et on a également eu des accidents». «Cette crise dont personne ne nie la réalité ne va pas se régler à travers ce type de manifestations», a souligné le préfet, alors que se préparent selon lui de nouvelles actions, notamment autour de centres commerciaux. Le préfet a précisé que les autorités ne laisseraient «pas faire et que des instructions ont été données aux autorités pour intervenir, s'interposer, identifier les responsables et si possible ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • b.renie il y a 10 mois

    Ce qui coûte le plus cher sont les pertes qu'enregistrent les comptes d'exploitation des éleveurs parce que les charges qu'ils ont à acquitter sont trop élevées à cause du niveau de la dépenses publique. Une fois de plus l'absence de réforme depuis 1982 engage la responsabilité de tous les gouvernants dans la situation de l'économie réelle française. L'indemnisation du chômage qui en résulte coûte aussi une fortune. Vivement 2017 qu'on se mette au travail pour réparer tout ce qui est cassé