Bretagne : le Pacte d'avenir au menu du Conseil des ministres

le
2
Bretagne : le Pacte d'avenir au menu du Conseil des ministres
Bretagne : le Pacte d'avenir au menu du Conseil des ministres

Après la mobilisation des «Bonnets rouges», qui ont rassemblé entre 17 000 et 40 000 personnes dimanche à Carhaix (Finistère), le gouvernement rend sa copie, ce matin en conseil des ministres, sur le Pacte d'avenir pour la Bretagne. Objectif : soutenir cette région fortement touchée par la crise, avec d'importantes restructurations et des plans sociaux dans l'agroalimentaire.

Au total, plus d'un milliard d'euros devraient être débloqués : 450 millions par la Banque publique d'investissement (BPI) et 555 millions par l'Etat. Stéphane Le Foll, le ministre de l'agriculture, a déjà annoncé qu'au delà des 15 millions d'euros débloqués en urgence pour la trésorerie des entreprises en difficulté, l'enveloppe consacrée à la Bretagne dans le cadre du Fonds européen agricole pour le développement rural (Feader) serait doublée, passant de 175 à 368 millions d'euros sur sept ans.

Accompagner les salariés, aider l'agriculture

Selon Matignon, ce texte va reposer sur deux piliers : le premier concerne des mesures d'urgence pour l'accompagnement des salariés victimes de plans sociaux. Le second devrait se concentrer davantage sur des initiatives en faveur de l'agriculture et l'agroalimentaire, secteurs en pleine tourmente à cause de la concurrence internationale et la fin des aides européennes à l'exportation.

Dès lors, ce Pacte pourrait donner une impulsion pour permettre aux agriculteurs de moderniser leur outil de production, aux entreprises de développer des programmes de recherches et développement mais aussi de mettre l'accent sur de nouvelles formations. Récemment, lors de sa venue à Rennes, Stéphane Le Foll avait parlé d'une «agroécologie», mariant des productions à haut niveau de rendement et le respect des contraintes environnementales.

Au delà de l'agriculture, un volet industriel serait aussi présent. Plusieurs pistes ont été évoquées: initiatives en faveur des énergies renouvelables, la valorisation ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dmorvan4 le mercredi 4 déc 2013 à 09:43

    Encore une usine à gaz qui va payer des fonctionnaires en charge de la collecte et la redistribution de ces aides (Commissions, Etude d'éligibilité des dossiers, modalités de mise en oeuvre, ....)donc des dépenses non productives.

  • janaliz le mercredi 4 déc 2013 à 08:13

    La prostate sos est-elle aussi au menu ! Décidément cela devient récurrent !