Bretagne : la descente aux enfers du poulet

le
10
L'abattoir Doux à Châteaulin (Finistère).
L'abattoir Doux à Châteaulin (Finistère).

"Des poulaillers à perte de vue !" Christian Troadec, maire de Carhaix et fils d'aviculteur, est aujourd'hui l'une des personnalités les plus médiatiques du mouvement des Bonnets rouges. Il n'a pas oublié les images de son enfance quand, dans les années 1960, les campagnes du Centre-Bretagne étaient remplies de petits bâtiments de bois aux toits recouverts de feuilles de goudron. "Les exploitations agricoles étaient petites et les familles nombreuses, se souvient-il. Si on n'était pas parti dans la marine ou devenu curé, c'était une manière simple de rester vivre au pays. Avec peu d'espace, on pouvait monter un poulailler." Parmi les pionniers, Pierre Doux, fondateur du groupe du même nom, est déjà là, avec son poulailler monté en 1955 près de Châteaulin (Finistère). Mais aussi l'entreprise de la famille Tilly, qui élève et abat depuis 1956 des poulets à Guerlesquin. La Bretagne développe alors un modèle qui va faire florès : l'élevage hors-sol. Plus besoin de cultiver sur l'exploitation les céréales nécessaires à l'alimentation des animaux, tous les aliments sont produits en dehors de l'élevage, voire bientôt importés d'outre-Atlantique. À l'époque des yéyés, la région est déjà réputée pour fournir de la volaille à tout l'Hexagone. "C'est l'âge d'or de l'aviculture bretonne, raconte Jean Cabaret, porte-parole de la Confédération paysanne. Tout le monde gagnait beaucoup d'argent, mais en a aussi beaucoup perdu par la suite."...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jack-no le lundi 25 nov 2013 à 15:55

    Regardez les prospectus des grandes surfaces dans vos boites aux lettres, et voyez les origines des viandes.

  • HP271279 le lundi 25 nov 2013 à 15:30

    @dratiser, @fifipcv, @M1158399, @M6364724, @DADA40 crachez sur vos concitoyens français qui produisent en France. Allez-y crachez plus ! traitez les d'incapables, de mauvais pro ! quand il n'y aura plus de poulets nés, élevés et abattus en France, SVP ne venez pas les revoir pour bien manger. on vous laissera crever bandes de raclures.

  • M9390997 le lundi 25 nov 2013 à 15:30

    Cooperative, Crédit Agricole - qui tire les ficelles - sont responsables de cette situation avec l'imcompétence de nos politiques.

  • ostrevan le lundi 25 nov 2013 à 15:25

    Ils ont fait ce qu'il fallait faire; l'inquiétant c'est qu'ils n'ont pas vus l'évolution venir, et pire : les chambres d'agriculture et les responsables gouvernementaux ne se sont pas "réveillés".

  • DADA40 le lundi 25 nov 2013 à 13:20

    C'est pour cela que ceux qui produisent du label rouge comme les excellentes volailles de Saint Sever (Sud Ouest) arrivent à vendre leur production.

  • DADA40 le lundi 25 nov 2013 à 13:18

    Dans les années 50, ils fournissaient du poulet aux hormones et aux farines de poissons. Ils ne se sont guère améliorés depuis : leurs machins n'ont de poulet que le nom. Nourris au soja et au maïs transgénique, ils sont bourrés d'antibiotiqueq. A mon avis, ils sont impropres à la consommation humaine.

  • fifipcv le lundi 25 nov 2013 à 10:38

    @M1158399 100% d'accord !...

  • dratiser le lundi 25 nov 2013 à 10:04

    ils se veulent prof indépendantes , et pas foutus d'anticiper la fin du poulet ou du porc...... plus confortable evidemmentde vivre des subventions , et bruler quand on n'en a plus .....

  • lorant21 le lundi 25 nov 2013 à 09:32

    @M1158399: on fabrique ce qui se vend..

  • M1158399 le lundi 25 nov 2013 à 09:27

    Fallait-il céder aux démons de l'argent au lieu de se concentrer sur produire de la qualité ?