Brésil : une partie du pays paralysé par une grève générale

le
0
Brésil : une partie du pays paralysé par une grève générale
Brésil : une partie du pays paralysé par une grève générale

Après les manifestations historiques de juin rassemblant des millions de jeunes aux revendications «apolitiques», ce sont cette fois les travailleurs qui ont défilé ce jeudi dans tout le Brésil, derrière les bannières de leurs organisations ou partis politiques. Une cinquantaine de routes du pays ont été bloquées et les transports en commun sont partiellement paralysés. Des heurts ont éclaté à Rio avec des manifestants masqués.

Les manifestants ont répondu à l'appel des grandes centrales syndicales dans le cadre d'une «journée nationale de luttes». Les cinq grands syndicats manifestent côte à côte pour la première fois et réclament notamment la réduction de la semaine de travail à 40 heures (contre 44 heures actuellement). Ils reprennent aussi certaines des revendications des manifestions de juin, comme l'amélioration des services publics et plus d'investissements en éducation.

«Les hommes politiques sont de plus en plus éloignés de la population»

«C'est la première fois dans l'histoire du Brésil que nous manifestons ensemble. C'est important pour que la présidente réponde à nos demandes», a expliqué le président de Force syndicale (FS), Paulo Pereira da Silva alias «Paulinho». Toutefois, les syndicats arrivent divisés quant à leur soutien au gouvernement de la présidente de gauche Dilma Rousseff, certains affichant leur opposition, comme Force syndicale (FS). Seule la Centrale unique des travailleurs (CUT), le plus important des syndicats, défend le référendum voulu par la présidente, comme réponse à la rue, pour une grande réforme politique.

Le plus grand port d'Amérique latine paralysé

Une grève des dockers du port de Santos, près de São Paulo, a paralysé mercredi toutes ses activités. La grève, très handicapante puisque le port de Santos se trouve être le plus grand d'Amérique latine, se poursuivait ce jeudi. Les syndicats des dockers, qui regroupent 80 000 travailleurs, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant