Brésil-Une commission du Sénat vote pour un procès de Rousseff

le
0
 (Actualisé avec détails, contexte) 
    BRASILIA, 4 août (Reuters) - La commission spéciale sur la 
destitution de Dilma Rousseff s'est prononcée jeudi en faveur 
d'un procès de la présidente brésilienne devant le Sénat pour 
maquillage des comptes publics, ouvrant ainsi la voie à sa mise 
à l'écart définitive. 
    La décision, rendue publique à la veille de l'ouverture des 
Jeux olympiques de Rio, a été prise par 14 voix contre 5 par 
cette commission spéciale composée de 21 sénateurs.  
    Elle fait suite à la publication mardi d'un rapport jugeant 
la présidente, suspendue depuis le déclenchement de la procédure 
de destitution en mai dernier, coupable de violation de la 
Constitution pour manipulation des comptes de la nation en vue 
de favoriser sa réélection en 2014.  
    Les 81 sénateurs brésiliens voteront mardi prochain pour 
accepter ou non de juger la chef de l'Etat et rendre un verdict 
d'ici à la fin du mois. S'ils jugent la présidente coupable, 
celle-ci sera définitivement démise de ses fonctions. 
    "Le vote de la commission confirme non seulement que 
Rousseff a volontairement enfreint le droit fiscal mais qu'elle 
a également été une dirigeante malhonnête", a commenté le 
sénateur Ricardo Ferraço, membre de la commission. 
    Des enquêtes d'opinion montrent que les deux tiers des 
membres de la chambre haute sont favorables à une destitution 
définitive de la présidente, un verdict qui mettrait fin à 13 
années de pouvoir pour le Parti des travailleurs. 
    Si la destitution est prononcée, le président par intérim 
Michel Temer deviendrait chef de l'Etat et assumerait le mandat 
jusqu'à son terme en 2018. 
    Dilma Rousseff dément avoir enfreint le droit fiscal et 
affirme être victime d'une conspiration organisée par 
l'opposition de droite. 
    Ces turbulences politiques interviennent alors que Rio de 
Janeiro se prépare à accueillir les JO dont la cérémonie 
d'ouverture se tiendra vendredi. 
    Cette incertitude a incité de nombreux chefs d'Etat et de 
gouvernement à faire l'impasse sur cet événement sportif, seuls 
28 dirigeants ayant confirmé leur présence pour l'occasion. Les 
organisateurs tablaient la semaine passée sur une cinquantaine 
de chefs d'Etat ou de gouvernement, indiquaient des sources 
gouvernementales mercredi. 
     
 
 (Maria Carolina Marcello; Jean-Stéphane Brosse pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux