Brésil : un député de gauche dépose un recours contre la destitution de Rousseff

le
0
La présidente du Brésil, Dilma Rousseff, le 6 mai à Brasilia.
La présidente du Brésil, Dilma Rousseff, le 6 mai à Brasilia.

Paulo Teixeira a demandé à la Cour suprême d’annuler le vote du 17 avril, arguant que les chefs de file des différents partis ont fait pression sur leurs élus.

Nouveau rebondissement dans le dossier de destitution de la présidente brésilienne Dilma Rousseff. Alors que le Sénat doit se prononcer, mercredi, sur la poursuite de la procédure, un député du Parti des travailleurs (PT-gauche, au pouvoir) a présenté un recours auprès de la Cour suprême (STF) pour tenter de bloquer celle-ci.

Paulo Teixeira a ainsi demandé au Suprême tribunal fédéral (STF) d’annuler le vote du 17 avril à l’Assemblée, première étape vers l’éviction du pouvoir de Mme Rousseff. L’élu estime que les résultats de ce scrutin sont nuls, car les chefs de file des différents partis ont fait pression sur leurs députés, rapporte la presse locale samedi 7 mai.

Ce jour-là, une majorité écrasante de députés – 367 contre,–7 contre, 7 abstentions et deux absences – avaient approuvé en séance plénière la procédure de destitution contre la dirigeante de gauche, accusée par l’opposition de maquillage des comptes publics en 2014, année de sa réélection.

« Clairement violé le droit au libre arbitre » M. Teixeira se base sur le fait que le très controversé président du Congrès des députés Eduardo Cunha – stratège de la procédure de destitution et qui a dirigé le vote le 17 avril – a été suspendu, jeudi, par la justice pour entrave aux enquêtes pour corruption le visant dans le scandale Petrobras.

Le député de gauche allègue que les dirigeants des groupes parlementaires, sous l’emprise de M. Cunha, ont « clairement violé le droit au libre arbitre » des élus, ce qui est ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant