Brésil-Temer contre une amnistie sur le financement électoral

le
0
    BRASILIA, 27 novembre (Reuters) - Le président brésilien 
Michel Temer a promis dimanche de s'opposer à un projet 
d'amnistie sur le financement des campagnes électorales que 
certains élus du Congrès ont commencé à examiner. 
    "Nous avons convenu qu'aucune amnistie concernant des 
caisses noires ou toute autre infraction électorale ne serait 
prise en compte", a déclaré le chef de l'Etat lors d'une 
conférence de presse, entouré des présidents du Sénat et de la 
Chambre des députés.  
    La classe politique brésilienne est soupçonnée de chercher à 
se protéger de l'affaire des rétrocommissions du groupe 
pétrolier Petrobras, qui menace d'impliquer des dizaines d'élus 
suspectés d'avoir touché des pots-de-vin.  
    Le président lui-même, qui a remplacé cet été Dilma 
Rousseff, destituée pour manipulation des comptes publics, est 
éclaboussé par des accusations de corruption visant son 
gouvernement, dont quatre ministres ont déjà démissionné.  
    Michel Temer a toutefois reconnu craindre les retombées de  
l'accord en cours de négociation entre le parquet brésilien et 
le conglomérat Odebrecht, dont plus de 70 responsables 
pourraient fournir à la justice le détail de versements illégaux 
effectués à Petrobras, à d'autres groupes publics ainsi qu'à des 
responsables politiques.  
 
 (Anthony Boadle; Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant