Brésil-Silva envisage la fin du programme de soutien au real

le
0

BRASILIA, 12 septembre (Reuters) - Marina Silva, candidate à la présidentielle brésilienne, prévoit si elle est élue de procéder à de fortes coupes dans les dépenses budgétaires et de mettre un terme à un programme de soutien au real, la monnaie nationale, a déclaré jeudi à Reuters l'un de ses conseillers économiques, Alexandre Rands. Selon cet économiste, Marina Silva supprimerait le programme d'intervention de la banque centrale qui maintient le real à un niveau artificiellement élevé depuis plus d'un an. "Cela ne veut pas dire qu'on ne mènera pas des actions modestes et temporaires pour éliminer la volatilité", a ajouté le conseiller de la candidate écologiste et évangéliste. Depuis août 2013, la Banque du Brésil intervient quotidiennement sur le marché des changes en vendant des produits dérivés destinés à soutenir la monnaie nationale. Marina Silva, si elle était élue présidente, réduirait également les dépenses publiques de l'an prochain d'une somme pouvant aller jusqu'à 100 milliards de reais (33 milliards d'euros) afin de réduire les tensions inflationnistes, a ajouté Alexandre Rands. Ces coupes épargneraient les programmes sociaux comme la Bolsa Familia et se focaliseraient sur les dépenses clientélistes allouées à des circonscriptions de députés. Rands, formé aux Etats-Unis, a également déclaré qu'un gouvernement Silva chercherait à abaisser l'objectif central d'inflation, actuellement à 4,5%. Les sondages prévoient un second tour serré fin octobre entre Marina Silva et l'actuelle présidente Dilma Rousseff. Le premier tour a lieu le 5 octobre. VOIR AUSSI: ANALYSE-Brésil-Silva marque des points aussi sur les marchés ID:nL5N0QX583 (Alonso Soto; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux