Brésil : Rousseff taille dans les salaires de ses ministres

le
0
La présidente brésilienne a supprimé huit ministères.
La présidente brésilienne a supprimé huit ministères.

 

Régime minceur pour le gouvernement de Dilma Rousseff. Éclaboussée par les scandales de corruption, notamment celui qui touche le groupe énergétique Pétrobras, la présidente brésilienne a annoncé un profond remaniement ministériel. Elle réduit son gouvernement de 39 à 31 ministres. Mais, surtout, celle qui plafonne ces derniers mois à 10 % de popularité auprès des Brésiliens taille dans les salaires de ses ministres : ils gagneront 10 % de moins qu'auparavant.

Objectif de la présidente brésilienne : éviter une procédure de destitution avant la fin de son mandat, en 2018. Il faut dire que la première économie d'Amérique du Sud s'enfonce dans la crise sur fond d'affaires. Les mesures d'austérité budgétaire touchent tous les ministères, qui devront, par exemple, réduire leurs factures d'eau ou d'électricité. Il s'agit de « garantir la stabilité politique du pays dont nous avons besoin pour renouer avec la croissance en renforçant les relations avec les partis et parlementaires qui apportent leur soutien au gouvernement », explique Dilma Rousseff (Parti des travailleurs).

Le PMDB incontournable

La présidente a donné plus d'importance au parti allié du gouvernement, le Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB, centre). Il hérite de la Santé. Jacques Wagner, un proche du mentor de Dilma Rousseff, l'ex-président « Lula » da Silva, quitte la Défense pour le poste stratégique de la Maison...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant