Brésil/Petrobras-L'ex-ministre des Finances Mantega arrêté

le
0
    SAO PAULO, 22 septembre (Reuters) - L'ancien ministre 
brésilien des Finances Guido Mantega a été arrêté jeudi dans le 
cadre d'une vaste enquête sur une affaire de corruption liée à 
la compagnie pétrolière Petrobras  PETR4.SA , a-t-on appris dans 
son entourage et de source policière. 
    L'enquête se resserre désormais autour des dirigeants du 
Parti des travailleurs (PT), au pouvoir pendant 13 ans. 
    Guido Mantega a été interpellé à l'hôpital Albert Einstein 
de Sao Paolo, indique la police fédérale dans un communiqué. 
    L'ancien ministre se trouvait là parce que sa femme y subit 
une opération, apprend-on dans son entourage. 
    Dans un communiqué, le parquet a dit enquêter sur un ancien 
ministre qui occupait en 2012 la présidence du conseil 
d'administration de Petrobras, ce qui fut le cas de Guido 
Mantega.  
    Guido Mantega a été ministre des Finances pendant près de 
neuf ans sous les anciens présidents Luiz Inacio Lula da Silva 
et Dilma Rousseff et était, comme eux, une figure du Parti des 
Travailleurs. Il a également été président de Petroleo 
Brasiliero (Petrobras)  PETR4.SA , la compagnie publique au 
coeur d'une énorme affaire de rétrocommissions. 
    Son arrestation intervient deux jours après la décision de 
la justice brésilienne de renvoyer l'ancien président Lula 
devant la justice. Il est soupçonné d'avoir accepté 3,7 millions 
de réals de pots-de-vin (un million d'euros) de pots-de-vin 
d'une société d'ingénierie dans l'affaire Petrobras. 
  
    L'avocat de l'ex-ministre n'a pu être joint dans l'immédiat. 
    Un certain nombre de perquisitions ont été menées par la 
police dans cinq Etats brésiliens ainsi qu'à Brasilia, la 
capitale, indique un communiqué du parquet. 
    Dans son communiqué, le parquet précise enquêter sur les 
liens entre l'ex-ministre et les groupes d'ingénierie Mendes 
Junior et OSX Construção Naval SA, qui font tous deux partie de 
l'empire bâti par l'homme d'affaires Eike Batista.  
    Il relate une conversation de novembre 2012 où l'ex-ministre 
et président du conseil de Petrobras réclame un paiement de cinq 
millions de réais, soit plus 2,5 millions de dollars de 
l'époque, pour les caisses du Parti des travailleurs. 
    Batista effectua ensuite, de l'étranger, un versement de 
2,35 millions de dollars aux responsables marketting 
précédemment liés aux opérations de blanchiment, selon le 
parquet. 
    Un inspecteur de police a confirmé ces développements de 
l'enquête en précisant qu'Eike Batista lui-même n'était pas visé 
à ce stade de la procédure. 
 
 (Brad Haynes et Patricia Duarte, avec Pedro Fonseca à Rio da 
Janeiro et d'Alexandre Caverni à São Paulo; Véronique Tison et 
Danielle Rouquié pour le service français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant