Brésil : maintien du référendum, mais sans Assemblée constituante

le
0
Brésil : maintien du référendum, mais sans Assemblée constituante
Brésil : maintien du référendum, mais sans Assemblée constituante

La présidente brésilienne Dilma Rousseff va transmettre au Parlement une proposition de référendum populaire pour une réforme politique. Elle n'insistera finalement pas sur la création d'une assemblée constituante, qui a suscité mardi une levée de boucliers à Brasilia, a annoncé le ministre de l'Education.

Le Brésil est confronté depuis deux semaines à une fronde historique, marquée par de multiples manifestations dans tout le pays pour exiger des services publics décents et fustiger la classe politique et la corruption. Ces manifestations interviennent alors que se déroule la Coupe des confédérations de football et à un an du Mondial, pour lesquels le montant des investissements s'élève à 11 milliards d'euros. L'emploi de cette somme à de telles fins est critiqué par les manifestants.

Les députés ne voulaient pas d'une constituante

«La présidente va transmettre aux présidents de la chambre et du Sénat la proposition de l'exécutif en faveur de la convocation d'un référendum, a déclaré Alois Mercadante, ministre de l'Education, lors d'une intervention publique. Nous n'avons pas le temps pour mettre en place une assemblée constituante», a-t-il ajouté, pour expliquer le recul du pouvoir sur cette option avancée par la présidente Dilma Rousseff devant les gouverneurs et maires des grandes villes du pays.

Cette proposition a soulevé mardi une vive polémique dans les cercles parlementaires à Brasilia, laissant apparaître des fissures au sein de la coalition au pouvoir. «A aucun moment les députés n'ont pensé accepter cette proposition», a notamment lancé le président de l'Assemblée nationale, Henrique Eduardo Alves, du PMDB, le grand parti centriste brésilien allié du Parti populaire (PT) au pouvoir. «Cette maison ne veut pas d'une réforme politique via une assemblée constituante spécifique», avait-il tranché.

Des juristes constitutionnalistes de renom et l'Ordre des avocats du Brésil ont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant