Brésil : Lula sera bien jugé pour avoir bénéficié des largesses de Petrobras

le
0
Brésil : Lula sera bien jugé pour avoir bénéficié des largesses de Petrobras
Brésil : Lula sera bien jugé pour avoir bénéficié des largesses de Petrobras

Le mythe n'en finit plus de s'effondrer. L'ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva sera jugé pour corruption et blanchiment d'argent par le juge fédéral Sergio Moro dans un volet du tentaculaire scandale politico-financier Petrobras.

 

« En raison de l'existence d'indices matériels de responsabilité suffisants, j'accepte la dénonciation » présentée par le parquet la semaine dernière, a indiqué le juge anti-corruption Sergio Moro dans une ordonnance rendue publique. Le 14 septembre dernier, les procureurs chargés de l'enquête avaient accusé Lula d'avoir été le « bénéficiaire direct » de largesses du groupe de BTP OAS l'équivalent de 3,7 millions de réais (1 million d'euros au cours actuel) en lui offrant, et en lui décorant un triplex dans la station balnéaire de Guaruja (sud-est). OAS aurait reversé, selon l'accusation, « une partie des sommes illicitement perçues lors de la passation de marchés truqués par Petrobras », le géant pétrolier public brésilien. Ils avaient aussi affirmé que l'ex-président avait connaissance de l'origine frauduleuse des fonds.

 

Le montant modeste des avantages dont aurait indûment bénéficié l'ex-président « au regard de la magnitude du système délictueux (2 milliards d'euros, Ndlr) qui a lésé Petrobras, ne justifie pas en soi le rejet de l'accusation », argumente encore le juge anti-corruption. « Il est opportun de ne pas oublier que d'autres investigations sont en cours à propos de présumés avantages reçus par l'ex-président », ajoute-t-il.

 

Plus de 2 milliards de Petrobras détournés vers les caisses de partis politiques

 

Lula avait mis une option et payé une avance en vue de l'achat de cet appartement alors en construction, avant de renoncer à son acquisition. Le triplex est toujours au nom d'OAS et l'ancien président conteste formellement en être le propriétaire de fait.

 

La femme de Lula da Silva, Maria ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant