Brésil : les députés se prononcent sur la destitution de Dilma Rousseff

le , mis à jour à 18:58
0
Brésil : les députés se prononcent sur la destitution de Dilma Rousseff
Brésil : les députés se prononcent sur la destitution de Dilma Rousseff

Les députés brésiliens votent ce dimanche sur la destitution de la présidente Dilma Rousseff. La majorité des deux tiers (342 sur 513) est nécessaire à la poursuite du processus. Accusée par l'opposition d'avoir maquillé les comptes publics pour favoriser sa réélection en 2014, la dirigeante de gauche saura dans la soirée si le Sénat est autorisé à ouvrir son procès en destitution.

Elue en 2010, la première femme présidente du Brésil se retrouverait dans une situation très difficile, car il suffirait ensuite d'un vote à la majorité simple des sénateurs en mai pour l'écarter du pouvoir. 

La police, en état d'alerte, craint des affrontements lors des grandes manifestations annoncées des soutiens de Dilma Rousseff et de ses détracteurs. Les deux camps ont notamment prévus des rassemblements, à des heures différentes, sur la plage de Copacabana. Devant le Congrès à Brasilia, une grosse barrière de deux mètres de haut a été installée pour séparer les pro et les anti-Dilma Rousseff. Elle a été construite dans la semaine par des détenus. 

(REUTERS/PAULO WHITAKER.)

Selon les dernières estimations de quotidiens brésiliens, les partisans de la destitution l'emporteraient d'une courte voix à l'Assemblée (347 votes). 

Rousseff n'assistera pas à l'allumage de la flamme olympique

Dilma Rousseff, aidée par son prédécesseur Lula, se bat jusqu'au bout pour inverser la tendance. «Ils veulent condamner une innocente et sauvent des corrompus», a-t-elle écrit dans une longue tribune publiée par le quotidien «Folha de Sao Paulo» samedi. Son camp tente également de convaincre les derniers députés hésitants de ne pas voter la destitution.

Quelques heures avant le résultat du vote, Dilma Rousseff a effectué, comme si de rien n'était, une promenade à vélo. 

(REUTERS/UESLEI MARCELINO.)

Depuis des mois, le Brésil est en pleine tourmente politique. Dans quatre mois, Rio de Janeiro accueillera les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant