Brésil : le procureur général recommande l'annulation de l'entrée de Lula au gouvernement

le
0
Brésil : le procureur général recommande l'annulation de l'entrée de Lula au gouvernement
Brésil : le procureur général recommande l'annulation de l'entrée de Lula au gouvernement

Le procureur général du Brésil, Rodrigo Janot, a recommandé jeudi que la cour suprême du pays annule l'entrée de Lula au gouvernement de la présidente Dilma Rousseff, estimant qu'il s'agissait d'un subterfuge pour échapper à la justice dans le scandale Petrobras.

Il avance dans un message adressé à la cour suprême qu'«il existe des éléments suffisants pour affirmer qu'il y a eu une déviance dans la motivation du décret» présidentiel qui a nommé à la mi-mars l'ex-chef d'Etat (2003-2010) comme chef de cabinet, poste équivalent à celui de Premier ministre.

Il s'agit d'un nouveau revers pour la présidente Dilma Rousseff, menacée de destitution. Pour sortir le pays de l'impasse actuelle, la présidente a appellé jeudi à une vaste réforme politique. «Le Brésil a besoin d'un grand pacte» a ainsi déclaré à Brasilia l'impopulaire dirigeante de gauche, s'efforçant d'allumer un contre-feu à une dizaine de jours d'un vote crucial des députés sur son éventuelle destitution.

Dilma Rousseff dénonce une «tentative de coup d'Etat»

Accusée de maquillage de comptes publics en 2014, année de sa réélection, et début 2015, Dilma Rousseff n'a de cesse de dénoncer une «tentative de coup d'Etat» institutionnel sans base juridique solide, orchestrée par une opposition n'ayant pas digéré sa défaite électorale de 2014. «Un pacte doit avoir comme point de départ le respect du vote populaire et une nécessaire et indispensable réforme politique. C'est le pacte que je recherche», a insisté la présidente. Dilma Rousseff n'a pas précisé quel pacte ou quelle réforme politique elle appelle de ses vœux, ni quelle méthode elle comptait employer.

Mais ses propos semblaient faire écho aux récents appels de plusieurs personnalités politiques à convoquer de nouvelles élections pour sortir le Brésil de la crise politique qui le paralyse, en pleine récession économique. Cette possibilité n'est pas prévue par la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant