Brésil-La justice saisie pour bannir Rousseff de la vie politique

le
0
    BRASILIA, 2 septembre (Reuters) - Plusieurs parlementaires 
brésiliens ont saisi la Cour suprême pour contester le vote du 
Sénat autorisant l'ex-présidente Dilma Rousseff à rester 
politiquement active malgré sa destitution.  
    Les sénateurs l'ont jugée coupable de manipulation des 
comptes publics et se sont donc prononcés mercredi en faveur de 
sa révocation, mais lui ont épargné l'interdiction d'exercer 
pendant huit ans dans la fonction publique, disposition pourtant 
prévue par la Constitution.  
    "Ils ont utilisé un truc de dernière minute pour garantir 
les droits politiques de l'ancienne présidente", a estimé 
vendredi le sénateur José Medeiros, du Parti social démocrate, 
après avoir saisi la Cour suprême.  
    Alvaro Dias, du Parti écologiste avait fait de même la 
veille et deux autres formations, dont le Parti du mouvement 
démocratique brésilien (PMDB) au pouvoir, devaient suivre le 
mouvement dans la journée, alors que la polémique enfle.  
    Michel Temer, qui a été investi à la tête de l'Etat après la 
destitution de Dilma Rousseff, a quant à lui minimisé l'affaire. 
    "Le Sénat a pris cette décision, bonne ou mauvaise, mais il 
l'a prise", a-t-il déclaré lors d'un déplacement en Chine, où il 
doit assister au sommet du G20, dimanche et lundi.  
    Dilma Rousseff a elle aussi saisi la Cour suprême pour 
contester sa destitution.   
 
 (Anthony Boadle, Jean-Philippe Lefief pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant