Brésil: la Cour suprême lève le blocage de WhatsApp

le
0
Brésil: la Cour suprême lève le blocage de WhatsApp
Brésil: la Cour suprême lève le blocage de WhatsApp

La Cour suprême du Brésil a levé mardi le blocage qu'une juge avait imposé quelques heures avant à la messagerie WhatsApp au Brésil, pour avoir refusé de donner des informations "fondamentales" à la police."La décision a été prise par le président de la Cour, Ricardo Lewandowski, qui a accepté un recours présenté par le Parti populaire socialiste (PPS)" pour suspendre le blocage prononcé par une juge de l'Etat de Rio moins de quatre heures plus tôt, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la plus haute instance judiciaire du Brésil.Pour la quatrième fois depuis février 2015, la justice brésilienne avait ainsi bloqué mardi l'application très populaire WhatsApp, propriété du géant Facebook, qui permet d'échanger gratuitement des messages, des photos ou des vidéos.Dans une décision de 19 pages envoyée à l'AFP, cette juge de l'Etat de Rio, Daniela Barbosa, ordonnait à Embratel, une entreprise de téléphonie fixe, et à l'Anatel (Agence nationale de télécommunications), ainsi qu'à tous les opérateurs de téléphonie mobile du pays de "suspendre immédiatement l'application WhatsApp", sous peine d'"une amende de 50.000 réais (près de 14.000 euros) par jour".La juge alléguait que Facebook fait preuve d'irresponsabilité en refusant de "fournir des informations qui seront fondamentales pour la réussite de l'enquête et plus tard afin de renforcer les preuves pendant le procès".Un porte-parole de la messagerie au Brésil avait déclaré à l'AFP qu'"au cours des derniers mois, des personnes dans tout le Brésil ont rejeté le blocage des services comme WhatsApp" et qu'elle ferait appel."Des décisions comme celles-ci menacent la capacité des personnes à communiquer, pour gérer leurs affaires et vivre leur vie. Comme nous l'avons déjà dit, nous ne pouvons pas partager des informations auxquelles nous n'avons pas accès. Nous espérons voir ce blocage levé au plus ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant