Brésil : la contestation se poursuit malgré les gestes du pouvoir

le
0
En dépit de la baisse du prix des transports, à l'origine de la grogne, quelque 80 manifestations devaient de nouveau avoir lieu jeudi à travers le pays.

Pour Dilma Rousseff, il devenait urgent de faire un pas en direction des manifestants. La présidente a annulé jeudi soir un voyage qu'elle devait effectuer au Japon. Son image commence en effet à être affectée par les manifestations qui agitent le pays, qualifiées «d'historiques» par la plupart des observateurs. Sa cote de popularité est en chute selon deux enquêtes récentes, principalement à cause de la baisse du pouvoir d'achat et la hausse de l'inflation. Un sondage réalisé avant les manifestations confirme une chute de 8 points de sa popularité depuis mars et désigne l'inflation comme le principal grief des Brésiliens. Ils sont 57 % à désapprouver la manière dont le gouvernement attaque ce problème, contre 47 % en mars.

Réunion «tendue» avec Lula

Après 13 jours d'agitation, les autorités on...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant