Brésil : discours de la dernière chance pour Dilma Rousseff

le
0
Brésil : discours de la dernière chance pour Dilma Rousseff
Brésil : discours de la dernière chance pour Dilma Rousseff

La présidente du Brésil Dilma Rousseff comparaissait lundi au Sénat pour se défendre personnellement dans son procès en destitution, une ultime intervention avant sa probable éviction, point final à 13 ans de règne de la gauche dans le plus grand pays d'Amérique latine.

Un « coup d'Etat contre la Constitution »

« Je viens pour vous regarder dans les yeux, messieurs les sénateurs, et dire que je n'ai commis aucun crime de responsabilité, je n'ai pas commis les crimes pour lesquels je suis jugée injustement et arbitrairement accusée », a déclaré la dirigeante de gauche, l'air sombre face à l'hémicycle. Mme Rousseff s'est dite victime d'un « coup d'Etat contre la Constitution » pour porter au pouvoir un « gouvernement usurpateur » au mépris des 54 millions de Brésiliens qui l'ont réélue en 2014. « Nous sommes à un pas d'une grave rupture institutionnelle, de la concrétisation d'un authentique coup d'Etat », a-t-elle lancé sur un ton combatif. « Votez contre l'impeachment, votez pour la démocratie », a-t-elle conclu au terme d'un plaidoyer de 30 minutes.

 

Suspendue de ses fonctions depuis le 12 mai dernier, Dilma Roussef a tenté de se défendre personnellement à son procès en destitution pour maquillage présumé des comptes publics.

 

A son arrivée, elle avait été accueillie par plusieurs centaines de ses partisans qui scandaient « Dilma, guerrière de la patrie brésilienne ! » avec des pancartes du Parti des travailleurs (PT) et des fleurs à lui remettre en guise d'encouragement. Même si tous les pronostics lui sont défavorables, l'ex-guérillera de 68 ans, emprisonnée et torturée sous la dictature militaire (1964-1985), est venue à ce rendez-vous historique « décidée, préparée pour la bataille », a déclaré aux journalistes le député Silvio Costa qui la soutient. 

 

Vote final attendu mardi ou mercredi

Pour affronter les sénateurs, dont plus des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant