Brésil-Deuxième journée de mobilisation contre Dilma Rousseff

le
0

SAO PAULO, 12 avril (Reuters) - Les partisans de l'opposition brésilienne ont défilé dimanche dans une centaine de villes pour réclamer la démission de la présidente Dilma Rousseff, mise à mal par l'affaire Petrobras, un vaste scandale de corruption, et la situation économique. Bien que les trois quarts des Brésiliens soient favorables au mouvement, selon l'institut de sondages Datafolha, la mobilisation a été moins importante que lors de la première journée de manifestation, le 15 mars. Un million de manifestants avaient alors battu le pavé. Dimanche, ils n'étaient plus que 275.000, selon la police. Sous le mot d'ordre "Dilma Dehors !", les défilés, qui ont réunis des mouvements aux revendications disparates, se sont déroulés dans le calme et même parfois dans une ambiance festive. "Le mieux pour elle serait de démissionner pour épargner une procédure de destitution au pays", a déclaré Sandra di Giacomo, interrogée parmi les 100.000 manifestants dénombrés par Datafolha à Sao Paulo, où ils étaient 210.000 le 15 mars. Selon l'institut, 63% des Brésiliens veulent une procédure de destitution, mais 64% doutent qu'elle puisse mettre fin au second mandat que la présidente a entamé en janvier. Les partis d'opposition ne semblent pas favorables à une telle procédure, mais encouragent les manifestations. Plusieurs dizaines de responsables politiques brésiliens soupçonnés d'avoir bénéficié des largesses de Petrobras PETR4.SA font l'objet d'une enquête de la Cour suprême, mais Dilma Rousseff, qui fut présidente du groupe, ne figure pas sur la liste. (Brad Haynes, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant