Brésil-De nouvelles violences dans une prison ont fait 27 morts

le
0
    par Guillermo Parra-Bernal et Raquel Stenzel 
    SAO PAULO, 16 janvier (Reuters) - Des affrontements entre 
groupes rivaux de narcotrafiquants ont éclaté samedi soir dans 
une prison de l'Etat brésilien du Rio Grande do Norte, faisant 
27 morts parmi les détenus, ce qui porte à 140 le nombre de 
prisonniers tués dans la guerre des gangs depuis le début de 
l'année. 
    Les membres d'un gang de la drogue ont commencé par envahir 
un bâtiment de la prison d'Alcaçuz où étaient détenus leurs 
ennemis, ont indiqué les autorités de l'Etat du Rio Grande do 
Norte lors d'une conférence de presse dimanche dans la ville de 
Natal. La prison d'Alcaçuz se situe aux abords de Natal, la 
capitale du Rio Grande do Norte. 
    L'identification des corps par la police scientifique et les 
médecins légistes commencera lundi. 
    Les forces de police ont encerclé la prison au cours de la 
nuit de samedi à dimanche, mais elles ont attendu la mi-journée, 
dimanche, pour pénétrer à l'intérieur, car certains détenus 
étaient toujours armés et n'avaient pas regagné leurs cellules. 
Neuf détenus blessés dans la bataille ont été hospitalisés près 
de la prison.  
    Comme lors de violences dans d'autres centres pénitentiaires 
du pays ce mois-ci, presque tous les détenus tués l'ont été par 
décapitation et certains corps ont été partiellement brûlés, a 
indiqué une personne au fait de la question. 
    La police a identifié les six prisonniers qui ont dirigé ces 
violences. Ils pourraient être transférés dans d'autres centres 
de détention, a-t-on ajouté. 
    Selon le site internet d'information G1, c'est le gang 
Primeiro Comando da Capital (Premier commando de la capitale, 
PCC), qui a déclenché l'émeute. 
    La violence qui explose depuis le début de l'année dans les 
prisons brésiliennes a révélé au public la guerre de territoire  
que se livrent le PCC, basé à Sao Paulo et le Comando Vermelho 
(Commando rouge), basé à Rio de Janeiro. 
    Pendant plus de 20 ans, le PCC et le Comando Vermelho se 
sont plus ou moins alliés pour que le trafic d'armes et de 
drogue puisse se poursuivre sans heurts dans la jungle. 
    Mais, il y a environ six mois, les deux groupes se sont 
séparés, le PCC prenant le dessus pour contrôler les flux en 
provenance du Paraguay. 
    Le Comando Vermelho s'est allié avec cinq groupes dans tout 
le Brésil pour contrer la montée en puissance de PCC. 
    Le dernier cycle de violence lié à la drogue au Brésil 
remonte à mai 2006. Le PCC avait alors déclenché des 
affrontements dans l'Etat de Sao Paulo. 
    La prison d'Alcaçuz abritait 1.150 détenus environ, pour une 
capacité de 620. 
 
 (Eric Faye et Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant