Brésil : ancien allié de Dilma Rousseff, Michel Temer nommé président par intérim

le
1
Brésil : ancien allié de Dilma Rousseff, Michel Temer nommé président par intérim
Brésil : ancien allié de Dilma Rousseff, Michel Temer nommé président par intérim

Michel Temer assume depuis jeudi soir la présidence d'un Brésil divisé et en crise, promettant apaisement et redressement économique, après un vote historique du Sénat qui a suspendu du pouvoir la présidente de gauche Dilma Rousseff. Tôt jeudi matin, les sénateurs avaient voté à une très large majorité (55 voix sur 81) l'ouverture d'un procès en destitution de l'impopulaire dirigeante de gauche, accusée de maquillage des comptes publics en 2014 et 2015, et qui a en plus commis la faute de vouloir couvrir l'ex-président Lula, pris dans le scandale Petrobras.

Avec cet intérim de centre-droit, le géant d'Amérique latine (lire ci-dessous) tourne le dos à 13 ans de gouvernements de gauche, en espérant clore les chapitres de la corruption et de la pire récession économique qu'ait connu le Brésil depuis les années 1930.

Ex-allié devenu rival de la présidente élue Dilma Rousseff, le vice-président Michel Temer, 75 ans, s'est installé au palais du Planalto, souriant comme un soir de victoire électorale, entouré des 24 hommes qu'il a choisis pour ministres.

VIDEO. Brésil : le nouveau gouvernement de Temer entre en fonctions

« Il est nécessaire de rétablir la crédibilité du Brésil sur la scène nationale et internationale », a-t-il déclaré, prônant des coupes budgétaire, des incitations à l'investissement pour combattre l'inflation élevée et la flambée du chômage.

S'il a nommé un libéral au poste clef des Finances, Temer a promis de ne pas toucher aux programmes sociaux mis en place sous la gauche pour aider les plus démunis. Il a également promis de ne pas se mêler du gigantesque scandale de corruption Petrobras, qui éclabousse de plein fouet autant le Parti des travailleurs de Rousseff que sa propre formation.

Démise pour six mois au plus, le temps que se tienne son procès, Dilma Rousseff l'accuse d'avoir tout fait pour lui voler le pouvoir. D'autant que cet homme d'appareil, peu connu des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 7 mois

    La CIA a remporté la 1ère bataille. Dilma va tenter de soulever le peuple.