Brésil : affrontements entre manifestants et policiers, des blessés

le
0
Brésil : affrontements entre manifestants et policiers, des blessés
Brésil : affrontements entre manifestants et policiers, des blessés

La fronde ne semble pas faiblir. Alors que le Brésil connaît des manifestations sans précédent depuis une dizaine de jours dans de nombreuses villes du pays, des heurts se sont produits ce mercredi entre policiers et manifestants massés près du stade de Fortaleza, cinquième ville du pays, quelques heures avant le match Brésil-Mexique de la Coupe des Confédérations, une sorte de répétition générale du Mondial-2014, en miniature. Au moins deux blessés sont à déplorer.

La manifestation, qui a rassemblé quelque 15 000 personnes a commencé de façon pacifique. Les jeunes protestataires s'étaient au départ rassemblés à trois kilomètres du stade, dont la rénovation aurait coûté 180 millions d'euros. «Nous protestons car l'argent investi dans les stades devrait l'être dans l'éducation et dans la santé. Ils ont monté un cirque aux yeux du monde», a estimé Matheus Dantas, un manifestant de 18 ans.

«On nous avait promis que la police n'emploierait pas la force»

Le rassemblement a ensuite dégénéré quand certains manifestants ont tenté de forcer le barrage de police. Selon les médias sur place, un impressionnant déploiement a été mis en place pour établir un périmètre de sécurité autour du site, notamment avec des hommes à cheval. Seuls les véhicules accrédités par la Fédération Internationale de Football Association (Fifa) peuvent entrer.

«Brésil réveille-toi, un professeur vaut plus que Neymar !», l'attaquant de la Seleçao brésilienne récemment transféré au FC-Barcelone pour 57 millions d'euros, scandaient notamment les manifestants.

VIDEO. Brésil : la colère des manifestants décryptée à un an du Mondial

Selon la police routière fédérale, certains des manifestants, maintenus à distance de l'enceinte, ont alors jeté des pierres sur les policiers qui ont riposté avec du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc. L'un des contestataires a reçu une balle de caoutchouc sous ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant