Brésil : à Rio, la police s'empare des favelas de la Maré, fief du narcotrafic

le
0
Brésil : à Rio, la police s'empare des favelas de la Maré, fief du narcotrafic
Brésil : à Rio, la police s'empare des favelas de la Maré, fief du narcotrafic

A moins de deux mois et demi de l'ouverture du Mondial 2014 de football (12 juin-13 juillet), la police de Rio de Janeiro et l'armée brésilienne sont entrées dimanche à l'aube dans l'immense complexe de favelas de la Maré, fief du trafic de drogue, pour le «pacifier»,

L'occupation de cet ensemble peuplé de 130.000 habitants a nécessité la mobilisation de 1.180 policiers militaires de diverses unités, appuyés par 15 blindés (14 de la Marine et un de la Police militaire); 132 policiers civils les accompagnent, ainsi que quatre hélicoptères, a précisé le secrétariat à la Sécurité de l'Etat de Rio dans un communiqué.

Considéré comme l'un des endroits les plus dangereux de Rio, le Complexe de la Maré est situé à un point stratégique de la ville par où transiteront des dizaines de milliers de fans pendant le Mondial. Il est bordé par les principaux accès à Rio, les autoroutes Linha Vermelha et Linha Amarela, ainsi que par la Avenida Brasil, qui relie le centre aux banlieues de la capitale de 12 millions d'habitants.

Les hélicoptères survolaient cet immense enchevêtrement de ruelles, de maisons misérables en parpaings, encore plongées dans l'obscurité, et le calme. Le Bataillon des opérations policières spéciales (Bope) ouvrait la marche, suivi d'un groupe de fusiliers marins postés aux intersections, les armes braquées vers les ruelles.

Les narco-trafiquants, partis lundi, pourraient revenir

Les policiers ont mis la main sur «de grandes quantités de drogue et d'armes» qui étaient cachées à proximité du Village olympique et d'une école publique, selon la chaîne GloboNews.

Lors d'opérations préalables à l'occupation, cette semaine, la Police militaire a arrêté 60 personnes, dont Marcelo Santos das Dores, surnommé «Menor P», et dans un quartier à l'ouest de Rio, un chef du narcotrafic qui contrôlait pas moins de 11 favelas. Ancien militaire formé chez les parachutistes, il dirigeait ses hommes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant