Brésil : 1 271 cas de microcéphalie confirmés, dont 57 mortels

le
0
Un nourrisson atteint de microcéphalie au Brésil, le 13 avril.
Un nourrisson atteint de microcéphalie au Brésil, le 13 avril.

Les autorités estiment « que la plupart des mères ayant accouché de bébés atteints ont été contaminées par le Zika », même cette affirmation n’a pas pu être confirmée.

Le ministère brésilien de la santé a annoncé mercredi 4 mai que 1 271 cas de nourrissons souffrant de microcéphalie ont été recensés dans le pays depuis le début de l’épidémie de virus Zika en octobre 2015. Sur cette période, 57 bébés sont morts des suites de cette anomalie de la croissance de la boîte crânienne.

Le dernier communiqué officiel des autorités, émis le 30 avril, enregistrait au total 3 580 cas suspects depuis le début des relevés à l’automne, 2 492 autres avaient été écartés. Outre les cas mortels confirmés, le ministère dénombre 178 décès pour lesquels la microcéphalie est soupçonnée.

Les autorités sanitaires font valoir « que la plupart des mères ayant accouché de bébés atteints ont été contaminées par le Zika », même s’il n’a pas été possible de confirmer qu’elles étaient malades. Début février, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait estimé qu’un possible lien entre le virus et l’explosion des cas de malformations congénitales devait être étudié et constituait donc « une urgence de santé publique de portée internationale ».

Virus répandu dans de nombreux pays d’Amérique latine La sous-directrice générale de l’OMS, Marie-Paule Kieny, avait rapporté le 25 avril que l’épidémie était « clairement » en régression dans le pays, probablement en raison de la fin de l’été austral, quand la prolifération du moustique Aedes aegypti, vecteur du virus, diminue.

Le Zika est considéré comme une dengue bénigne – 80 % des cas sont asymptomatiques – et le ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant