Brescia, un monument proche de la D3

le
0
Brescia, un monument proche de la D3
Brescia, un monument proche de la D3

À moins d'un miracle, Brescia sera relégué en troisième division à la fin de la saison, un niveau que le dernier club de Roby Baggio n'avait plus fréquenté depuis 30 ans. Seule bonne nouvelle, la faillite a été évitée de justesse.

Tous debout, les spectateurs de San Siro applaudissent et offrent l'une des plus belles standing ovation de l'histoire du football. Roberto Baggio remercie de l'hommage la foule en la saluant, puis se dirige vers la ligne de touche. Paolo Maldini vient l'embrasser une dernière fois pour une accolade légendaire qui en a fait frissonner plus d'un. Nous sommes à la 84e minute de jeu d'un Milan-Brescia de mai 2004 et les Rossoneri fêtent la conquête de leur 17e Scudetto, tandis que le "Divin Codino" prend sa retraite. Sans le savoir, et surtout, sans le vouloir, son départ signifie le début des ennuis pour les "Rondinelle ".

Les années Baggio et le Héron


Lorsque Brescia, à la surprise générale, fait signer Roberto Baggio à l'été 2000, c'est dans le but de vaincre une étrange malédiction. Les six dernières promotions du club, de retour en Serie A pour la énième fois, s'étaient toutes soldées par une relégation dans la foulée : 1969-70, 1980-81, 1986-87, 1992-93, 1994-95, 1997-98. La queue de cheval de Dieu a alors 33 ans, des genoux usés, mais surtout l'envie de régaler la galerie. On peut dire que le président Gino Corioni a réussi son coup. Non seulement Brescia se sauve pour la première fois depuis 35 ans, mais il se classe à une inattendue 7e place, synonyme de Coupe Intertoto. Les historiques débuts européens se solderont par une défaite - sans perdre - en finale, contre le PSG d'Aloiso et Potillon. Effet boule de neige, la présence de Baggio attire d'autres noms. Parmi eux, un certain Pep Guardiola, qui connaîtra les affres d'une suspension pour dopage, avant de se faire réhabiliter plus tard, ou plutôt trop tard. Citons aussi Luca Toni et Andrea Pirlo, toutefois à leurs premières armes. Porté par les derniers exploits du catogan divin, le club se sauve tranquillement pendant quatre saisons, mais à trop s'y attacher, il en devient dépendant et orphelin.

Ainsi, Brescia redescend en Serie B à sa première saison sans Roberto Baggio, il y a pile dix ans. Depuis, une petite réapparition en Serie A avec la spéciale ascenseur en 2010-11 et trois participations aux play-offs pour la montée. Les Hirondelles…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant