Breivik, une image de gendre idéal au service du terrorisme

le
0
A peine son nom connu, sa photo faisait déjà le tour du web et la Une des journaux. Une communication étudiée dans les moindres détails par le tueur pour compenser une adolescence frustrée.

Anders Breivik, qui planifiait depuis plusieurs années ces attentats, avait pensé à tout. Et la communication comme arme de guerre en faisait partie. Dans les 1518 pages de son manifeste, il égrène les conseils destinés aux autres guerriers pour se fondre dans la société et tromper la surveillance, notamment auprès des fournisseurs de matériels : «Faîtes en sorte d'avoir l'air d'un Européen bien éduqué et conservateur du même genre qu'un retraité.»

Coupe de cheveux sage en évitant de les teindre en noir, polo ou chemises, voiture japonaise banale, pas de tatouages ou de piercings, il s'agit avant tout d'avoir l'air du gendre idéal pour ne pas se faire dénoncer. Plus facile d'acheter du fertilisant si on a vraiment l'air d'un père de famille cultivant son jardin que d'un punk anarchiste. «Il faut louer une petite ferme pendant quelques mois», conseille-t-il. Lui-même va s'installer quatre mois avant les attentats dans une exploitation du nord de la Norvège.

Il di

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant